L’Interview-Lumière sur le salafisme

« Salafiste », voilà un adjectif qui effraie les masses, qui renvoie, dans la conscience commune, automatiquement au djihadisme, au terrorisme et j’en passe. Un sondage d’opinion (sur un petit échantillon de la population) me l’a confirmé: 90% des personnes interrogées pensent que le salafisme est une idéologie dangereuse à combattre (5% veulent le combattre par la violence pensant que des arguments ne suffisent pas) et 40% d’entre eux disent avoir peur des salafistes. « Sunnite extrémiste », « djihadiste », « fondamentaliste », « terroriste », « musulman extrémiste »…voilà les adjectifs qui reviennent le plus souvent. Pourtant 100% des personnes interrogées dit ne pas être islamophobe. J’ai décidé d’innover en faisant quelque chose que peu de média font: donner la parole à un salafiste. (il a voulu rester anonyme donc j’ai choisi de le nommer S)

Question: Qu’est ce que le salafisme?

S: Un salafiste c’est quelqu’un qui se revendique des « pieux prédécesseurs »(salaf). Concrètement, c’est une pratique orthodoxe de la religion: mise en pratique de la religion comme elle fut pratiquée à l’époque du prophète (sans aucunes altération). Aujourd’hui quand j’allume ma télé j’entends « les salafistes djihadistes » « les salafistes takféristes »…Il n’y a qu’une seule sorte de salafiste, un salafiste djihadiste ça n’existe pas: boko haram, daesh… ce ne sont pas des salafistes! Le salafisme n’impose pas la loi de Dieu par la force, non.

Question: Et comment en-es tu venu à te tourner vers le salafisme?

S: J’étais un petit jeune du 15ème qui a passé une grande partie de son enfance dans le quartier, à jouer au foot après l’école, à trainer la plupart du temps… J’ai fait des bêtises à l’adolescence, de la prison, mais je n’ai rien découvert de la religion en prison. Il est juste venu un moment où j’étais pas bien, la vie que je menais ne me rendait pas heureux. J’ai fait pas mal de rap mais je sentais au fond de moi que c’était pas ma place, c’est pas ça la vie donc je me posais beaucoup de questions existentielles et je voyais des amis d’enfances à moi qui allaient à la mosquée. J’ai donc décidé d’aller à la mosquée une fois et j’ai pris un livre sur le prophète et là ça a été le déclic. Mais j’ai toujours fait attention à ce qu’on me disait.

Q: As tu déjà connu des gens qui ont essayé de te radicaliser?

S: Écoute, moi je n’écoute pas les gens que je ne connais pas ou qu’on ne m’a pas recommandés. Tu connais pas, t’écoutes pas: c’est le principe des salafistes.

(Je lui présente le sondage que j’ai effectué)

Q: Comment t’expliques ce rejet?

S: Les informations… Moi ce sondage ne m’étonne pas, je le trouve même normal. Si j’étais un non musulman ou même un musulman non salafiste, j’écoute les journalistes je vais avoir peur des salafistes. Les gens doivent être intelligents et réfléchir par eux-mêmes. Il n’y a pas plus pacifique que les salafistes.

Q: Est ce que cette haine n’est pas aussi un peu engendrée par cette dichotomie que font les salafistes (« eux »: les mécréants et « nous »: les vrais croyants )?

S: Qu’est ce que cela veut dire mécréant? Mécréant veut simplement dire « quelqu’un qui ne croit pas », c’est pas péjoratif. C’est vrai que les gens le prennent mal mais cela veut simplement dire « quelqu’un qui ne croit pas ».

Q: Que penses-tu des attentats du 7,8 et 9 janvier?

S: Je pense que cela a fait beaucoup de mal à la France, à la communauté juive, à la police mais surtout aux musulmans. Ce qu’ils ont fait c’est pas humain. Je condamne tous les attentats, le meurtre en Islam est un péché grave. Jamais, un salafiste va te dire que ce qu’ils ont fait c’était bien, pourtant certains musulmans disent que c ‘était bien, c’était en vérité très mal ce qu’ils ont fait. Charlie Hebdo a insulté notre religion, a sali notre prophète mais Charlie Hebdo allait couler, mettre la clef sous la porte. Mais là, ce qu’ils ont fait ces imbéciles ça a rendu Charlie Hebdo immortel.

Q: Mais le blasphème en Islam n’est-il pas puni de mort?

S: C’est pas comme ça, les lois islamiques s’appliquent avec des jugements, une certaine légalité… Tu ne te venges pas de toi-même comme ça. La réaction face à Charlie Hebdo aurait dû être le pacifisme. Le prophète s’est fait humilié à la Mecque, par tout le monde et qu’a t-il fait? Il a patienté et Dieu lui a donné la victoire: un musulman doit faire confiance à Dieu. Je ne dit pas qu’il va te venger parce que en réalité un musulman ne doit pas chercher la vengeance: fais moi du mal je te souhaite du bien.

Q: Et de quel mouvement politique te sens-tu proche aujourd’hui?

S: Uniquement du régime wahhabite saoudien, de rien d’autre. Wahhabite et salafiste signifient la même chose. Une politique islamique est souhaitable, mais uniquement si elle est correctement appliquée.

Q: Qu’est ce qui diffère entre salafiste et frère musulman?

S: La croyance tout simplement, la croyance c’est la base de tout. Ce sont des problèmes d’interprétations mais aussi de pratique, de politique. Quand il y a une guerre dans un pays c’est les premiers arrivés les frères musulmans, pourquoi? Ils veulent rentrer dans tous les pays et ils s’imposer politiquement. Ils sont dans le faux exactement comme Daesh, Boko Haram, Al Qaida… Si l’interprétation n’est pas bonne, les actes ne seront pas bons.

Q: Que penses-tu de la place des musulmans en France? Penses-tu, comme beaucoup de savants salafi qu’ils doivent partir en «terre d’Islam »?

S: Un musulman s’il a les moyens, il a la situation, il doit partir. Je ne souhaite pas que mes enfants grandissent ici, nous sommes mal aimés et cela va empirer avec le temps.

Q: Un jour tu m’a dit qu’en prison il y avait une grande majorité de musulmans. Comment tu l’expliques?

S: Tout d’abord il y a cet Apartheid dont a justement parlé Manuel Valls, c’est l’une des causes. Ensuite l’éducation, beaucoup de parents délaissent leurs enfants. Mais parfois c’est tout simplement de mauvaises fréquentations. Je n’ai pas la solution. L’islam pourrait être une solution: ces jeunes apprendraient le respect, arrêteraient de faire ce qu’ils font.

Q: « La pauvreté ne peut excuser

Le fait de se comporter comme des non-civilisés

L’agressivité constante et les insultes

En fin de compte, ne profitent qu’à ceux qui nous font passer pour des incultes». Kery James

S: La pauvreté contribue mais ce n’est pas la principale cause, le problème c’est les ghettos qui se sont formés. Je te confirme que si tu avais grandi en banlieue tu ne serais pas le même. Je ne tolère pas du tout ce qu’ils font, je me demande toujours ce que je peux faire pour tous ces jeunes, c’est désolant. Les jeunes sont amenés à la délinquance petit à petit mais eux aussi ont une part de responsabilité.

Q: Les musulmans doivent-ils se soumettre aux lois françaises?

S: Tout à fait, c’est une obligation religieuse: les musulmans doivent se soumettre aux lois du pays où ils sont.

Q: Que penses tu alors de mouvements tels que Forzane Alizza?

S: Des frères égarés.

Q: Que penses-tu de cet antisémitisme violent qui se développe dans la communauté musulmane?

S: Ce ne sont que des ignorants qui parlent c’est tout, des petits jeunes qui ne connaissent rien à la religion et qui parlent sur internet: les juifs ci, les juifs ça… Un vrai religieux ne va pas prendre une arme et aller tirer dans une synagogue. Le prophète a vécu à la Mecque avec des juifs, cela n’a pas posé de problèmes, c’est notre exemple donc si lui il l’a fait je ne vois pas pourquoi nous nous ne pourrions pas le faire.

Q: Que penses tu de l’assimilation à la française?

S: Du moment où tu rentres dans un pays tu respectes les lois du pays, c’est le minimum. Tu vis avec ta différence mais tout en respectant les gens qui vivent autour de toi. Il ne faut pas non plus vendre tes croyances, tes idées… pour vivre dans un pays. C’est un échange.

Q: Les juifs et les catholiques ont procédé à une réforme de leur religion, ne penses tu pas qu’il serait nécessaire de faire de même pour l’islam afin d’éviter toute interprétation violente, erronée, etc…?

S: Non, pas de rajout ni de modifications. Les interprétions violentes il y en a toujours eu malheureusement et il y en aura toujours. Chaque époque a connu ses groupes de takféri, on peut faire beaucoup pour que les gens ne tombent pas dans ce piège mais il y aura toujours une minorité comme Daesh, talibans… Le salafisme est une pratique orthodoxe: tu ne peux modifier la parole de Dieu.

Q: Islam, religion de paix?

S: Je dirai oui à 150%. Religion de paix dans les écrits et dans les actes. Un savant disait « heureusement que j’ai connu l’islam avant les musulmans, sinon je n’aurai pas fini musulman ».

Q: Es tu heureux aujourd’hui? Épanoui?

S: Oui totalement. Le salafisme m’a permis véritablement de m’épanouir dans ma vie. La religion a apaisé mes colères et mon esprit.

Q: Tu es d’origine malienne, que penses tu de la situation au Mali?

S: Si tu tires un trait sur le Nord, et tu regardes ce qu’il se passe en bas tout va bien. La France a bien fait d’intervenir sinon Bamako aurait coulé, je n’aurais pas aimé vivre sous leur joug. Les maliens sont très reconnaissants, même un peu trop, à tel point que certains ont décidé d’appeler leurs enfants François (Rire). Quand on voit ce qu’il se passe dans tous les pays musulmans, après ce prétendu printemps arabe, on ne peut qu’être attristé: aucun pays où ils se sont révolté ne connait aujourd’hui la paix. Il ne faut pas critiquer les dirigeants, quel qu’ils soient: cela n’apporte que de la discorde et de la division.

Q: Daesh, Ansar Dine, Boko Haram… Les musulmans ont-ils une responsabilité dans la montée de l’islamophobie?

S: Bien sur, c’est à cause des musulmans extrémistes tout ça. Ces gens là ils me font peur à moi alors bien sur que je comprends qu’ils fassent peur aux non musulmans. Quand tu les écoutes tu te demandes d’où ils sortent.

Q: C’est quoi le Djihad pour toi?

S: C’est une guerre sainte. Ça peut être une guerre contre soi-même mais aussi une guerre au sens véritable. Le prophète a fait la guerre sainte en son temps.

Q: Aujourd’hui y’a-t-il un djihad à mener?

S: Non aucun. Il y en a eu: en Bosnie par exemple où les musulmans y étaient massacrés. Il fallait y aller à cette époque les défendre.

Q: Tu suis aujourd’hui les commandements des oulémas saoudiens (savants saoudiens), si demain ils te demandent de sortir dans la rue et de tuer le plus de gens possibles, que fais tu?

S: Les savants que je suis ne peuvent pas dire ça. Ces savants suivent la voie du prophète. Des savants comme cela, il y en a aujourd’hui il y en a eu hier et il y en aura demain. Ce qu’ils disent je le fais mais s’ils disent quelque chose qui contredit le coran je ne le ferai pas, j’ai aussi ma responsabilité.

Q: « Nul contrainte en religion »c’est dans le coran non?

S: Il faut voir ce que veut dire cette sourate et ne pas faire ta propre interprétation, ce que font beaucoup de gens. Cela veut dire que tu ne doit forcer personne à devenir musulman, à faire ce que toi tu veux qu’ils fassent.

À vous de juger…

A.B.

Attention, il s’agit d’une interview destinée à comprendre le pont de vue de certains acteurs protagonistes des nombreux débats actuels; il ne s’agit pas de promouvoir une opinion au détriment des autres, ni de s’affirmer comme partageant cette opinion!

2 commentaires sur “L’Interview-Lumière sur le salafisme

Ajouter un commentaire

  1. Pas d’interprétation de l’Islam, et pourtant ce monsieur dit suivre les enseignements des sages, et interprète « nul contrainte en religion » comme ne pas forcer les autres à devenir musulman. On lui rappellera l’expansion guerrière de l’islam tout au long de l’Hégire, le prosélytisme.

    « Q: Islam, religion de paix?

    S: Je dirai oui à 150%. »

    Ah bon ? Ton islam peut être. L’islam des modérés oui. C’est justement l’interprétation qui crée la différence. Les littéralistes, qui refusent toute interprétation du texte, sont parmi les personnes les plus violentes sur Terre. Il faudrait lui remettre en mémoire que 90% des conflits depuis une trentaine d’années ont pour belligérants essentiels les musulmans : Kosovo, Tchetchenye, Israël, 11 septembre, Liban, Irak, Egypte, Yemen, Soudan, Mali, Nigéria, Pakistan… On continue ?

    Un seul point positif, selon moi, dans cet interview : le fait qu’il clarifie les distinctions entre les différentes tendances religieuses.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :