Andy McKee: un voyage en musique -par B.D.

Pourquoi ne pas se donner les moyens de toucher du doigt ce bonheur que les philosophes nous refusent? Ce sentiment océanique de l’existence que l’on recherche plus ou moins consciemment et d’autant plus sous le soleil estival? Voici selon certains un des moyens d’y parvenir: Andy McKee Andy McKee c’est un voyage, en musique. Mais attention, pas le banal périple organisé par un tour operator avec détour imposé dans la piscine du club med, non la on vous parle d’une errance dans les fjord de Laponie avec rien d’autre qu’un sac à dos contenant à peine de quoi vivre. Cet aspect minimal se concrétise dans l’album motion of pleasure par l’utilisation d’un seul instrument (une guitare séche) en guise de contenu rythmique, mélodique, et harmonique. Seulment voilà, McKee est un musicien du contexte. C’est à dire qu’écouter sa musique et la vivre pleinement c’est avant tout se mettre dans les conditions pour cela. Ferme tes yeux lecteur et imagine la scène: coucher de soleil sur une plage vu du haut d’une dune. le sable est encore assez chaud pour que tu n’ai pas besoin de te couvrir mais il fait tout de même plus froid dehors. Tu distingues en bas de la dune tes amis autour d’un petit feu qui boivent de la bière en rigolant, ,en dansant, en chantant. Tu te retournes et au loin t’apparait la divine silhouette de ton amour de toujours qui se rapproche à pas éthérés dans un mouvement quasi surnaturelle tant la grace qui s’en dégage te fait perdre la raison. Bref l’été quoi ! Et bien si tu veux avoir un aperçu de ce qu’est le bonheur infini, à ce moment la, quand toutes ces conditions seront réunis, met ton casque et écoute cette chanson. �http://youtu.be/gWC9s3hH-cw

Si tu n’en as toujours pas eu assez et que la surpuissance de ce cher Mckee ne t’as pas envoyé à des années lumière de ta sombre existence, il n’y a plus qu’une seule solution… Une solution que l’on ne peut pas donner à la légère tant elle risque de ruiner ta scolarité et de te donner envie de tout plaquer pour aller apprendre le flamenco dans les Asturies espagnoles. Enfin tant pis, puisqu’il le faut: l’album friday night in San Francisco de Paco de Lucia, Steve Mclaughin et bien sur Al Di Meola. Si l’album d’Andy McKee a le mérite de mettre en lumière la virtuosité quasi divine de son interprète, l’album friday night in San Francisco quant à lui met en scène non pas un mais 3 génies de la guitare pour 45 minutes de jazz flamenco à dimension transcendante et épileptique.

Pour découvrir: http://youtu.be/DvVmqnNBo9w

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :