Oedipe version Le Pen

Alors ça y est, Marine Le Pen quitte le domicile familial pour partir s’installer à la grande ville, avec en ligne de mire l’Elysée. Elle vire papa Jean-Marie de sa vice-présidence d’honneur. Elle vire papa Jean-Marie de son propre parti !

Oh oui, Marine est vraiment une femme forte. Elle a du caractère. Avec elle, les intérêts des « vrais » français sont défendus. Et en plus, elle a un programme solide qui ne tolère aucune critique : ça nous embête, on le fait disparaître. La traduction politique du populisme dans toute sa splendeur. Pas besoin de justification, le « sentiment » d’insécurité, le « sentiment » que les immigrés sont la source de tous les maux, le « sentiment » que c’est l’Union Européenne qui tire l’économie française vers le bas et empêche toute prise de décision politique autonome, suffisent à fonder la rhétorique du FN.

La politique du Front National, c’est « faire front ». On conteste tout ce qui ne fait pas consensus. Pas le temps d’attendre, on veut tout tout de suite. On a l’impression que l’UE ne nous sert à rien ? Hop, on quitte l’Europe ! Alors oui, oui, le FN représente parfaitement son électorat. Et même, représente les « théories » politiques d’une grande partie des Français : une France souveraine, qui retrouve sa grandeur d’antan, qui ne se soumet pas au joug de puissances plus grandes qu’elle.

Car oui, messieurs les Français, il existe des puissances plus grandes que la France. Même mieux, la France est une puissance économique sur le déclin, ce depuis le début du XXème siècle. Non, les Trente Glorieuses n’ont pas constitué une période de renouveau de la puissance française ; par contre, cela fut le temps où l’économie et la politique françaises ont su comprendre qu’il fallait s’adapter au nouveau contexte international, que la France, jadis si rayonnante de par sa culture et son économie, n’aurait plus jamais cette envergure internationale.

Mais non, messieurs les Français, cela n’est pas grave. Cette « petitesse », ce sentiment d’infériorité face à la fois aux organisations internationales qui régulent nos politiques internes, aux pays émergents dont l’économie florissante ne cesse de surprendre par son innovation constante ou encore aux grandes multinationales ultra-capitalistes, il ne faut pas en avoir honte. Il faut l’accepter ; la refuser serait s’enfermer dans un rêve utopique et franco-centré qui n’a pas lieu d’être aujourd’hui. Il faut s’adapter au monde, suivre le mouvement, devenir un pays parmi tant d’autres.

Attention, cela ne veut pas pour autant signifier qu’il est pour cela nécessaire d’abandonner ce qui fit la grandeur française. Notre culture est unique, et rien ne peut ni ne pourra nous l’arracher. Quand Montebourg arborait cette si mémorable marinière, je m’en réjouissais. Mais je me réjouissais de la même manière quand il souhaitait l’amélioration de la compétitivité internationale des entreprises françaises. Car ce processus d’internationalisation de la culture française est inéluctable, et certains l’ont bien compris : Louis Vuitton, du groupe LVMH, symbole de la « classe parisienne » ; ou encore les Daft Punk, qui refusent la peoplisation et parviennent à faire persister la french touch dans tous leurs morceaux, tout en s’adaptant aux courants de mode qui régissent le monde de la musique. Ces exemples sont la preuve de la possible adéquation entre valorisation de la culture française, en constante évolution mais ancrée dans un passé national, et l’internationalisation des processus de production, des modes de travail, du capitalisme.

Revenons au FN : Marine Le Pen, loin de parier sur l’internationalisation de la grandeur française, prône un repli de la France sur elle-même ; la création d’un peuple de grincheux, de pessimistes, de chauvins, qui refuse toute critique et se nourrit de ce sentiment de supériorité. Non, Madame Le Pen ne souhaite pas le retour du rayonnement français dans les domaines culturel, économique, diplomatique. Elle souhaite le retour de la France à ce qui a pu faire sa grandeur il y a 50 ans.

Mais le monde change, Marine. Et ton mouvement, très séduisant à première vue, semble très exactement à contre-courant des évolutions internationales. Le FN est un anachronisme charmant. De l’extérieur, ça paraît très beau. De la même manière que Syriza paraît très beau. Mais penses-tu vraiment, Marine, pouvoir assouvir tes ambitions de pouvoir en basant l’intégralité de ton programme sur des propos populistes ? Que feras-tu si tu atteins l’Elysée ? Syriza l’a appris à ses dépens : on ne fait pas toujours ce dont on a envie, même une fois au pouvoir.

Et cela, tu l’as déjà compris : c’est pour cela que tu te débarrasses de papa. Que ce soit pour jouer au jeu du « gentil flic » et du « méchant flic », ou tout simplement pour marquer ton opposition à celui qui dit tout haut ce qu’une certaine partie de ton électorat pense tout bas, tu joues le jeu de la dédiabolisation. Le FN effectue sa mue, passant d’un parti d’opposition qui se faisait remarquer par l’antisémitisme et la nostalgie algérienne de son leader à un parti de gouvernement, populiste et quelque peu utopique. Donc plus séduisant.

Un « parricide » utile, pour Marine Le Pen ? Pas forcément (une certaine partie de la base électorale du FN pense comme Jean-Marie et est toujours fidèle aux idéaux de ce dernier) ; mais en tous cas, ce petit différend familial est dans l’ordre des choses, symbolique de la volonté du FN de séduire les foules par son populisme utopique, FN dont la politique, in fine, semble de moins en moins extrême, au risque de perdre son identité originelle de parti d’opposition.

P.G.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :