« House of Cards » débarque au théâtre : Les Cartes du Pouvoir

Vendredi 6 Novembre 20h45.

La pièce est plongée dans le noir. Le public écoute attentivement Steven, jeune attaché de presse du directeur de campagne, Paul, qui lui assure que le Parti Démocrate gagnera les prochaines élections pour le poste de gouverneur dans cet État.

Stephen l’affirme en rigolant, un verre de whisky à la main, la chemise légèrement déboutonnée, titubant dans le bureau de son directeur de campagne ; et de l’autre main, entourant amoureusement une jeune journaliste d’un grand journal, qui par leurs petites échappades nocturnes, permet au parti d’avoir de bons articles et de bons portraits du candidat démocrate en lice.

En quelques mots et conversations enflammées, le metteur en scène Ladislas Cholat, inspiré d’une œuvre de Beau Willimon auteur de la célèbre série House of Cards, montre le côté sombre et dangereux de la politique, où vie professionnelle, vie personnelle, et vie publique font l’objet d’une confusion qui oblige des trahisons douloureuses. On se rend rapidement compte, par le jeu des lumières, des pleurs, des hurlements fréquents, des coups de gueules violents, que la politique dévore ceux qui la servent.

Les fans de House of Cards s’en délecteront : cette pièce de théâtre offre un très « beau » tableau des coulisses de la politique : des intrigues, du sexe, de la corruption, et de la dépendance aux drogues et à l’alcool, ainsi que les manigances politiciennes, qui assassinent politiquement et psychologiquement les plus faibles, ou du moins, les plus indécis. Cette représentation montre alors un sombre visage politique, aux mains des énarques et des sciences-pistes (et oui, nous sommes des pourritures en devenir haha) qui ne sauraient mieux nous avertir du danger de ce milieu. Comme le dit Lord Acton : « Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais. »

Néanmoins, JE pense qu’une alternative est possible !!! Cessons de considérer ce qui nous est inconnu comme forcément différent est donc mauvais. Les Hommes ont sans doute souvent peur de ce qui leur est différent : au point même d’en éprouver de la haine.

D’ailleurs, la fin de la pièce est plutôt optimiste : La jeunesse est celle qui peut renouveler ces élites vaseuses, qui ont fini leur temps, et qui n’ont plus rien à apporter. La jeunesse est celle qui peut inventer une nouvelle façon de faire de la politique. Alors mes amis, à nous de faire changer les choses ! Sciences-Pistes de tout Saint-Germain, UNISSEZ-VOUS!

J.E.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :