2017 : Elle Présidente ?

Et si en 2017, Marine Le Pen était élue huitième Présidente de la Vè République ? C’est le scénario que François Durpaire et Farid Boudjellal, aidés d’une équipe de journalistes, présentent dans cette bande dessinée.

La Présidente, c’est le titre de cette BD parue jeudi 12 Novembre aux éditions Les Arènes BD-Démopolis. Avec ses dessins façon rotoscopie en noir et blanc, ce dernier né des récits politiques-fictions raconte, en 150 pages, les 100 premiers jours de Marine Le Pen à la tête de l’Etat français.

Dans cette uchronie, la candidate Front National réussit de justesse à battre François Hollande au second tour, après que des luttes au sein des partis de droite aient éliminé François Fillon, Nicolas Sarkozy, et François Bayrou. Après cette situation initiale, le reste du livre propose d’anticiper les décisions gouvernementales de Marine Le Pen, la réaction des autres hommes politiques et institutions, les conséquences de « la simple application du programme du Front National » et la vie d’une famille de banlieue en cette période de changement politique. Grâce aux connaissances de l’auteur et la contribution de différents journalistes (notamment Emmanuel Lechypre pour les conséquences économiques, Wallès Kotra pour l’outre-mer, Thomas Legrand pour la politique, Ulysse Gosset pour la politique étrangère), la BD rentre en détail sur certaines mesures ou certains événements potentiels, et on retire ainsi des analyses pertinentes sur des points du programme FN comme le retour du Franc.

Néanmoins, le livre n’est pas exempt de défaut. Sur le plan narratif, on pourrait noter que les différentes « intrigues », et notamment la vie des personnages secondaires, s’enchaînent à un rythme parfois un peu maladroit, sûrement lié au format de bande dessinée et aux nombreuses ellipses. Si le livre est assez épais avec un peu plus de 150 pages, on arrive vite au bout, et on s’arrête sur une fin un peu abrupte. De plus, même sans être lepeniste [croyez-moi, je suis loin de l’être], on peut aussi se demander si l’auteur n’en fait pas trop. Le mandat de Marine Le Pen prend rapidement la forme d’une dictature fasciste façon régime nazi, et cette exagération est susceptible de faire sortir le lecteur et donc desservir le but du projet. Ou bien l’application du programme FN donnerait vraiment lieu à un régime fasciste, ce qui n’est pas impossible non plus.

Finalement que retenir de La Présidente ? La BD poursuit la lancée de l’anticipation politique présente ces dernières années (on pense au livre Soumission de Michel Houellebecq en Janvier) ; mais aussi la fascination et le regain de vigueur du FN à mesure qu’on se rapproche de la prochaine élection présidentielle. Malgré un parti pris naturel, les auteurs de La Présidente réussissent tout de même et d’une manière originale de déconstruire la logique du FN et en présenter les défauts. Aussi, comme il est sur la première et la quatrième du couverture en avertissement : « Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas… ».

Quentin M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :