Bientôt la fin de la COP21 : A quoi s’attendre ?

La 21e Convention des nations Unies sur le Changement climatique atteindra bientôt la fin de sa deuxième semaine. La présentation du texte final a déjà été retardée, et on peut s’interroger sur les mesures qui seront prises. Retour sur les enjeux de cette conférence.

Rappelons que l’échec de la COP15, ou conférence de Copenhague, plane sur cette COP21. Celle-ci, malgré l’espoir qu’elle représentait à l’époque, avait fait place à une véritable désillusion : Aucun accord contraignant n’avait été signé pour remplacer celui de Kyoto, les négociations avaient été menées dans la confusion, et l’ensemble de la conférence avait finalement plutôt tourné à l’avantage de la Chine et des États-Unis, lésant l’Europe et les pays émergents.

La COP21, conférence de la « dernière chance » portait donc les espoirs de nombreux pays et associations écologistes, afin de ne pas reproduire le même scénario. Soigneusement préparé, avec notamment plusieurs pré-réunions entre ministres ou chefs d’État au cours de l’année 2015, celle ci a finalement commencé lundi 30 décembre, mais sans accord préalable. A la fin de la première semaine, un premier texte a d’abord été publié, avec de nombreux points à préciser. Un accord était attendu vendredi après une douzaine de jours de négociations, mais ce ne sera finalement pas le cas. Après une nuit de débat, Laurent Fabius a décidé de reporter la version finale du texte à samedi, tout en restant optimiste. Malgré cette bonne volonté, cette situation souligne les difficultés à établir un accord sur le climat qui pourra convenir à tout le monde.

Les principaux points débattus à l’approche de la clôture de conférence, et qui l’étaient déjà il y a une semaine et même avant avant l’accord, sont les questions de l’ampleur espérée de ce dernier, du financement des mesures environnementales, et de la différenciation entre pays. Des commissions spécialisées sur ces trois enjeux travaillent parallèlement aux négociations principales afin de proposer des solutions. Sur la question de l’effort financier, comme on pouvait s’y attendre, ce sont les États-Unis, un des plus gros pollueurs, qui s’oppose à des pays émergents parmi lesquels la Chine, l’Inde ou le Brésil, qui sont eux aussi de grands émetteurs de gaz à effet de serre et consommateurs de ressources fossiles, et rechignent à y renoncer en pleine période de développements industriel et démographique. Les pays pétroliers s’opposent aussi naturellement à plusieurs des mesures, comme celle de la mise en place d’un prix du carbone.

Parmi les grandes propositions que la plupart des États, en particulier les États insulaires (fortement concernés par le réchauffement climatique et les dangers de la montée des eaux) et africains aimeraient voir figurer dans l’accord, on peut relever : la limite de l’augmentation des températures à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, plutôt que de monter la limitation à 2°C, ou bien la somme plancher de 100 milliards de dollars pour le fond de financement.

Cependant la première semble quasiment utopique, puisque même l’objectif des 2°C sera difficile à maintenir sur le long-terme après la signature de l’accord ; et les financements périodiques après les cent premiers milliards ne sont pas clairement définis mais seulement évoqués avec des termes vagues dans le texte actuel.

Si aucun nouveau report n’est annoncé, samedi se dérouleront les dernières discussions pour arriver à un consensus, et non pas à un vote, si possible en début d’après-midi. Après cela, l’accord sera formellement signé en 2016 et entrera en vigueur en 2020. La COP22 elle se déroulera à Marrakech en 2016, et son contenu dépendra des décisions finales de la COP21. Si le bilan de cette conférence à Paris paraît déjà plus positif que celui de 2009, le défi du réchauffement climatique restera d’actualité : Sa mise en application prendra du temps et constituera un défi à part entière, et les conséquences du réchauffement planétaire continueront d’engendrer un nombre croissant de réfugiés climatiques.

Q.M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :