Bernie Sanders, futur président ?

Alors que l’IEP de Saint-Germain en Laye se voit bouleversé par une campagne BDE qui fait débat, d’autres pays du monde connaissent aussi des campagnes électorales acharnées ; notamment les Etats-Unis, où les primaires des deux partis s’annoncent mouvementées. A droite, on ne parle que de Donald Trump et de ses coups médiatiques : à gauche, les candidats semblent se faire plus discrets. Pourtant, l’un d’entre eux s’évertue à sortir du lot.

En effet, si Hillary Clinton est aujourd’hui donnée favorite pour remporter les élections primaires de son parti et représenter le parti démocrate lors de l’élection présidentielle, un autre candidat pourrait bien lui faire concurrence. Bernie Sanders a 74 ans, est sénateur du Vermont depuis 2007 (après en avoir été le représentant pendant 16 ans) et s’est déclaré candidat en mai 2015.

Il faut reconnaître à Bern’ une certaine originalité dans son parcours : il remporte en 1987 l’élection municipale d’une petite ville américaine du nom de Burlington, en se revendiquant comme « indépendant », voire même « socialiste », dans un pays où –encore aujourd’hui- le mot dispose une connotation presque négative. Il se démarque tout au long de sa carrière par ses positions pacifistes et keynésiennes : Réforme de la fiscalité et de la santé, baisse des budgets de la défense, opposition à la guerre du Golfe et au Patriot Act…

Cette ligne directrice lui a valu une popularité grandissante à la gauche de la gauche américaine ; principalement, et malgré son âge avancé, auprès des jeunes. En effet, ayant lui même soutenu des mouvements hippie lors de sa fougueuse jeunesse, il semble être l’homme politique le plus à même de comprendre les jeunes américains : ça, Bernie l’a bien compris et cherche en premier lieu à s’adresser aux jeunes qui ne votent pas. Il a par exemple  participé à un Ask Me Anything sur le forum Reddit, une forme de séance de questions-réponses directement en lien avec les utilisateurs de la plate-forme.

Le mec a même une crème glacée avec sa tête dessus (sans déconner, cherchez l’image).

Tous ses choix de campagne répondent à une logique bien précise, celle de répondre aux attentes de jeunes qui se sentent découragés par la situation économique de la première puissance du monde : ainsi, Bernie Sanders soutient le mouvement Occupy Wall Street et défend, dans son programme, la gratuité des universités publiques et la réduction des inégalités.

Le vieux Bern serait-il donc le candidat parfait ? En apparence, il semble parfaitement capable de séduire les classes moyennes désenchantées que le clinquant Donald Trump rebute encore.

Pourtant, le sénateur du Vermont possède en pratique peu de chances de l’emporter. En effet, l’étape décisive de la primaire démocrate risque de lui être fatale : s’il distance la plupart des autres candidats dans les sondages, il ne fait pas le poids face à la campagne d’Hillary Clinton. Avec plus de moyens, plus de visibilité médiatique et plus d’intentions de vote, elle apparaît déjà comme l’incontestable champion du camp démocrate, face à des Républicains divisés.

QM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :