La déchéance de nationalité : Pourquoi elle est nécessaire

On entend beaucoup de choses sur la déchéance de nationalité : une mesure d’extrême droite reprise par la Gauche, une mesure inefficace contre le terrorisme…. Mais pourquoi cette mesure voulue par François Hollande, est-elle nécessaire ? Si bien que le Gouvernement, fait un tour de passe-passe pour la faire adopter ?

Premier mythe à briser : la déchéance de nationalité, n’est pas un copié-collé de certains de nos voisins européens. Elle a été pratiquée en France à plusieurs reprises, notamment en 1848, lors de l’abolition de l’Esclavage. En effet, quiconque pratiquait l’esclavage durant cette période, pouvait être déchu de sa nationalité, par un décret contresigné du Ministère de l’Intérieur, et du Premier Ministre.  Une mesure forte et symbolique, qui a eu pour effet de décourager rapidement l’esclavage sur le territoire.

Le deuxième faux-argument qui n’est pas valable est de dire, que cette déchéance de nationalité vise à stigmatiser les binationaux, et à remettre en cause le droit du sol. Absolument pas ! Pourquoi ? La première chose, est que la déchéance de nationalité était initialement prévue pour des délits et des crimes liés au terrorisme. Elle ne s’applique pas pour certains de nos camarades qui dépouillent des élections à huit clos, qui font voter des statuts de façon… particulière (OUPS BDE !). La deuxième idée, c’est que l’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés français est un acte de justice ! En effet, jusqu’à maintenant, les seules personnes pouvant être déchues de leur nationalité étaient des individus naturalisés français. Cette procédure créait donc une inégalité, entre un « vrai français », et un « faux français », un français qui n’est pas véritable français, car non né sur le territoire. C’est donc un acte de justice que de l’étendre aux binationaux nés français.

Mais puisque c’est un sujet assez brûlant, le 28 Janvier, le lendemain de la démission de Taubira (jetez un œil sur cet article J ), Manuel Valls a présenté au Parlement le projet de révision constitutionnelle, où on omet de citer les binationaux, en espérant faire passer la pilule.

On voit donc que le véritable problème n’est pas celui de la stigmatisation des binationaux, mais bien d’un refus de l’égalité pour les socialistes fondeurs et les communistes. Ils n’ont pas compris que cette mesure mettrait plus d’égalité entre les « nés français » et les « devenus français ». Dommage, l’union nationale aurait pu être sauvegardée…

Batman, justicier masqué de la République.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :