Taxis et VTC: les frères ennemis

Ces derniers jours, un vent de révolte soufflait en région parisienne : les chauffeurs de taxis sont en colère, très en colère, et là, on atteint un niveau critique. Pour ceux qui n’ont pas l’habitude, depuis quelques mois, l’arrivée des VTC, les voitures de tourisme avec chauffeurs, sur le marché agitent les syndicats taxidermistes. Enfin les syndicats des taxis, quoi.

Il faut dire que les taxis, déjà assez peu de bonne humeur d’ordinaire, voient d’un mauvais œil qu’on puisse les concurrencer de telle sorte : en effet ces derniers paient leur autorisation à exercer leur métier quand les chauffeurs de VTC sont des particuliers ne vivant pas de cette activité. Et c’est le drame : manifestations en série devant les gares, chauffeurs  agressifs qui lancent des pierres sur des voitures de touristes, BFMTV qui déploie ses reporters de guerre sur le boulevard périphérique.

En cause, la législation qui avantage les chauffeurs d’entreprise comme Uber et Heetch : des particuliers qui en temps de crise arrondissent leur fin de mois en jouant les taxis quand ils le peuvent. Le hic, c’est qu’appeler un Uber, et ben c’est bien moins cher ; et ne parlons pas de Heetch, moins connu car l’application ne fonctionne qu’entre 20 et 6 heures du matin : si vous ne connaissez pas c’est que vous êtes étrangement sages, pour des sciencepistes. C’est simple d’utilisation : on entre sa localisation, le lieu où l’on veut se rendre, et hop le calcul est fait, on ne paiera pas plus que ce qui est indiqué ! Donc pas d’embrouilles : qui n’a jamais vécu ce moment de stress où l’on indique presque au taximan le chemin de peur qu’il n’essaie de vous avoir en faisant mille détours ; et que vous voyez les chiffres rouges (comme votre compte en banque !) croître, sans s’arrêter ? Pas de stress, que le mec se perde ou pas, qu’il y ait des embouteillages, ce sera le même prix.

En plus il y a toujours quelques bonbons qui vous attendent, histoire de vous réconforter après un rendez-vous galant ou une soirée qui a viré au cauchemar : d’expérience je peux vous dire que ça plus l’oreille attentive de Monsieur, ça fait zizir. La première fois (la toute première fois), celui-dont-je-ne-me-souviens-pas-du-nom, après le très mauvais bilan de la nuit, avait même réussi à nous faire rire après cette soirée catastrophique avec mes amies : « La prochaine fois, vous saurez à quoi vous attendre, et puis vous voyez, vous en riez déjà ! ». Arrivée à la deuxième soirée, le plan de secours, une de mes amies lui met 5 étoiles ; l’autre regrette de ne pas s’être assise devant, elle est sous le charme (je lui fais remarquer qu’elle n’a vu que sa nuque, mais elle est sûre que « c’était un beau turc aux yeux clairs »). L’important c’est qu’on est autre part et que j’ai eu des bonbons Krema.

Les VTC voient donc leur clientèle augmenter, et celle des taxis traditionnels baisser. C’est drôle de les voir perdre leur monopole : il faut dire qu’ils en profitaient, à inventer des itinéraires farfelus en vous calmant d’un « vous inquiétez pas ma bonne dame, je connais le quartier » ; à vous passer devant alors que vous le héliez, sûrement que vous avez l’air trop pauvre pour mériter sa berline. Ne croyez pas que je déteste les taxis, il m’est arrivé d’en avoir de très serviables, comme j’ai cru mourir en Heetch à cause du chauffeur qui juste avant 6 heures jouait le contre la montre (Fast & Furious style, avec une Ford, donc en encore moins fun).

La lutte des taxis est légitime : ceux-ci paient une licence valant plusieurs dizaines de milliers d’euros, sont soumis à bien plus de contraintes que les VTC. Pour se faire entendre, il faut être visible : par exemple, en allant à Porte Maillot ou Roissy et en bloquant tout. CBon, c’est aussi parce qu’ils aiment bien râler. Le truc nouveau dans l’affaire, c’est que les VTC aussi râlent quand on accorde ce qu’ils demandent aux taxis : un compromis est donc compromis.

Bref, le jour où les deux entités fondamentalement ennemies choisiront de bloquer le même weekend Roissy Charles de Gaulle, n’espérez pas prendre l’avion : les seuls à pouvoir passer seront les  envoyés spéciaux de BFMTV.

 

E.B.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :