Les Pointeurs: ceux qui ont fait l’Histoire

La saison s’est achevée durement pour les Pointeurs avec une 10ème place au Crit et une défaite en demie finale face à l’IPSA. Malgré cette fin de saison compliquée, expliquée notamment par la fatigue après le Crit et les semaines intenses de cours (la synthèse d’éco, le café philo vous voyez), les Pointeurs en finissant premiers ex-aequo avec leurs grands rivaux, l’INSEEC, montent en division 3 l’an prochain ! Et pour saluer cette belle saison alors qu’on n’imaginait pas l’équipe accéder au championnat supérieur dès leur première participation, passage en revue des acteurs de l’équipe dont on se souviendra dans les manuels d’histoire :

 Gardien :

Comment ne pas parler de Guillaume, Bismarck pour vous mesdames, notre cher gardien du but. N’ayant jamais joué à ce poste en début de saison, ce grand polonais d’origine a débuté dans les cages. Après de nombreux entrainements et des matchs parfois réussis, parfois ratés, il a constamment progressé malgré quelques erreurs magnifiques que Téléfoot a compilées dans son bêtisier. Très bon sur la fin de saison, notre Guigui local a sauvé l’équipe à maintes reprises et fut l’un des plus fidèles aux entrainements. Gloire à Bismarck !

Défenseurs :

Rodolphe : pointeur d’un jour, au corps chétif mais grand séducteur, il a participé à quelques entraînements et notamment à la rencontre amicale que nous avons organisé entre nous avant de prendre un ballon dans la tête, brisant sa fierté. Il arrêta les Pointeurs après cet événement tragique préférant le charme du badminton et des femmes le pratiquant…

Simon : plus connu pour son rôle d’arbitre lors de nos rencontres, il ne faut pas oublier que notre ami originaire de Normandie fut pointeur et venait régulièrement aux entraînements. Malheureusement, sa tendance à ne pas tenir dix pompes sans toucher le sol et ses blessures aux chevilles eurent raison de sa bonne volonté (en tenant pour l’OM, la comparaison avec Diaby semble inévitable). Il restera l’auteur de cette excuse d’anthologie : « coach je peux sortir ? » -« Mais ça fait 5 min que tu es rentré »- « Oui mais je suis fatigué ».

Oscar : visage d’ange, surnommé affectueusement le Hobbit autant que pour sa taille que pour ces pieds (je vous déconseille de vous en approcher), Oscar a débuté  la saison sur le banc avant de s’imposer pleinement dans le 11 titulaire en jouant défenseur droit. Auteur de belles chevauchées et d’une complicité sans faille avec Alex’, il a même réussi à marquer un but malgré une inaptitude à la frappe coup de pied (on adore tes enroulés ne t’en fais pas).

Nicolas Bidard : l’un des joueurs qui a le plus progressé, objectivement. Pas toujours dans le 11 de départ en début de championnat, « Boulevard Bidard »  qui laissait des espaces à ses débuts a durci son jeu et s’est imposé soit à gauche, soit dans l’axe en fonction du besoin du coach. Un esprit charo et combatif digne des pointeurs et de son admiration pour Niska, sans aucun doute.

Nicolas Lucic : ce croate culminant à 1m90 est un roc. Footballeur à la double carrière de rugbyman, il fut essentiel dans la solidité des Pointeurs dans l’axe de la défense sur les nombreux matchs où l’équipe encaissait peu de buts. Une crinière digne des années 90 mais qu’on lui pardonne. Une tendance à toucher les fesses de ses coéquipiers néanmoins dérangeante (Samuel valide ça).

Valentin : l’omnivore (peu actif au Crit cette année en raison de quelque maladie contractée durant l’événement) fut un remplaçant dynamique en sortie de banc ou pour débuter quelques matchs. Autre joueur qui a le plus progressé en n’ayant jamais joué au foot avant. Sa bonne humeur manquera.

Zilan : le guerrier. Petit par la taille, grand par la détermination, un corps de spartiate, il a su occuper les flancs de la défense avec sérieux à chaque rencontre. Un attrait pour le combat physique même si ses adversaires faisaient une tête de plus (souvenir du match contre Amos). Auteur d’une phrase splendide « vous ne passerez pas, c’est le mur de Berlin ici ». Culte (Gandalf sort de ce corps).

Florian : je ne me décrirai pas, ne sachant pas vraiment quoi dire et par souci d’objectivité. Je retourne toucher le sol en dansant comme jeudi soir au Crous.

Veauclin : admirateur de son propre corps, toujours torse nu si une fille approchait, un joueur attachant et qui a su être efficace sur les quelques matchs qu’il a joué.

Milieux :

Pierre : président du BDS nouvellement élu, un élément alliant efficacité, discrétion et technique. Auteur de buts somptueux qu’importe le pied utilisé, il fut essentiel pour la récupération et la création du jeu. Il mérite son surnom de donneurs de caviars « Caviaro ».

Etienne : titulaire au poste de numéro six, ce fou de sports (allant jusqu’à faire les entrainements de hand après les rencontres des pointeurs) fut important au milieu. Etienne, adepte du dribble et de la roulette de Zizou a su s’imposer malgré des années à ne pas avoir joué au foot. L’ancien président du BDS nous manquera aussi pour ses séances de physique intense.

Peyman : ambianceur de l’équipe, toujours de bonne humeur, il a alterné entre titulaire et remplaçant. Admirateur de Diarra, il a beaucoup progressé et a joué un rôle au niveau de l’organisation et de la récupération. On se souviendra de son but à bout portant en milieu de saison, n’ayant jamais eu autant de frappe qu’à cet instant. Sa joie de vivre sera un manque aussi.

Mathieu : objectivement le plus talentueux, il a convaincu tout le monde dès les premiers entraînements. Joueur fragile à cause de ses genoux opérés de nombreuses fois, il est le deuxième meilleur buteur derrière Sam et le meilleur passeur. « Zizou », « Fragilux » est le meneur de jeu par excellence. Essentiel pour la création des actions de l’équipe.

Baptiste : Baptou a apporté sa joie de vivre comme Peyman. Toujours motivé pour jouer, il apportait son entrain à chaque entrée en jeu. Responsable du concept de « loup-bite », il aura marqué l’équipe.

Attaquants :

Cauchin : maître de l’absentéisme la première partie de saison, il revint en force durant la deuxième phase du championnat. Recordman du nombre de buts en un seul entrainement (8), amenant ses bières à chaque rencontre disputée, il aura fait quelques apparitions en fin de saison. Un attaquant marquant.

Alexandre : une flèche. Fleur de Lys, notre Bolt local, a su déstabilisé de nombreuses défenses par sa pointe de vitesse et ses buts. Essentiel sur le front de l’attaque, il a formé un duo prolifique avec Samuel son grand ami. Digne de Trézéguet et Henry en leur temps. Indiscutable dans le 11.

Timothée : l’un des fondateurs de l’équipe. Créateur du concept de pointeur et de charo avec Maxime. Pas toujours titulaire, Tim a su développer son jeu collectif et sa relation avec Louise l’aura surement motivé tant elle le supporta à chaque rencontre. Capable de perforer les défenses avec ces dribbles. On le salue.

Vincent : auteur de l’un des buts les plus chanceux du monde (merci le gardien de l’ISTEC), Vincent aimait déborder sur les côtés de l’attaque lors de ses entrées en jeu. Efficace lors du Crit et très bon contre Lyon.

Tom : homme le plus lent de l’équipe (en compétition avec Guillaume peut-être), maitre de l’absence avec son partenaire Quentin, il fait partie à part entière des pointeurs. Sa patte gauche savait déstabiliser (dans le bon et le mauvais sens). Un joueur attachant.

Sam : « Giroux » (ouais on a fait mieux comme jeu de mots) est le meilleur buteur de cette équipe. Aligné sur le côté gauche, il a été déterminant à de nombreuses reprises. Joueur talentueux devant le but et parfois même un peu trop présomptueux (Balotelli était en lui parfois avec ses gestes fantasques). Un bon séducteur (pointeur oblige) qui a su marquer le front de l’attaque de son empreinte.

Maxime : l’âme de cette équipe. Le Pointeur par excellence. Capitaine emblématique. Le fondateur des pointeurs a donné beaucoup à cette équipe. Numéro 9 titulaire, il a marqué des buts importants lors du championnat et qui a failli nous donner un nul contre Strasbourg au Crit. Infatigable travailleur, il harcelait les défenses et compenser son manque d’adresse sur certains matchs par une envie débordante. Un ami que je salue et qui reviendra assurément dans l’équipe en 4A.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :