La rentrée foot de Sciences Po Saint-Germain

L’actualité sportive de l’équipe des Pointeurs est dense ces temps-ci. En effet, l’équipe a repris le chemin des terrains il y a trois semaines de cela. De jeunes premières années sont venues gonfler la troupe des néo 2A. L’équipe a conservé 9 titulaires sur 11 possibles (aucune attaque sur le niveau de nos actuels troisièmes années partis à l’étranger se ressourcer et apprendre des plus grands génies du football pour leur réintégration dans l’équipe l’an prochain). Au début, seuls deux 1A nous avaient rejoint, l’angoisse étant alors grande de n’avoir su recruter que deux nouveaux pointeurs (Tim, on aurait encore eu besoin de toi pour former un banc, pour les non-initiés, ajoutez Timothée Talbi sur Facebook et demandez-lui son rôle l’an dernier).

La folie de certains anciens 2A nous manquera comme el Loco Baptiste, parti exporter ses madjers et son sens artistique au Pérou, les roulettes d’Etienne, les abdos de Vincent (vous auriez été folles mesdames en première année), les fesses de Clément vues au Crit et en tribune l’an dernier (grande source de déstabilisation pour l’ensemble des adversaires)… Quand on interroge Maxime Sénéchal, ancien capitaine et fondateur de l’équipe, sur le devenir des Pointeurs, il estime tout de même « que les Pointeurs auront plus de chance de marquer sans ma présence en tant qu’attaquant de pointe », un constat dur mais réaliste (je t’apprécie toujours autant coach, c’est juste pour être dans l’esprit du journal).

Fort heureusement, le groupe s’est largement agrandi avec l’arrivée de pas de moins de neuf joueurs, dont l’efficace et premier joueur international pointeur de l’histoire, Thomas : efficace et sympathique ami allemand (cela devrait plaire au fondateur de ce journal parti à Düsseldorf cette année). Ainsi, en attendant d’éventuelles arrivées, le groupe est composé de 18 joueurs (je sais que tu avais déjà fait le calcul dans ta tête cher lecteur). Les entraînements se multiplient ainsi avec beaucoup d’intensité, mêlant exercices techniques et physiques pour tenir au moins le temps réglementaire à chaque match (des failles de notre part ont été présentes sur ce plan l’an dernier, dix pompes étant trop quand on débutait une séance de physique la saison dernière).

Certains ont déjà exprimé quelques réticences au travail physique, essentiel pourtant pour préparer le championnat universitaire et le grand Chelem au Crit surtout (au hasard Samuel notre roux buteur, non pas de jeu de mots pour l’instant sur sa couleur de cheveux). Le groupe vit bien en ce moment, avide de victoires et dans l’attente de disputer de vraies rencontres musclées comme face à l’INSEEC l’an dernier ou Strasbourg au CRIT. L’équipe nourrit également l’espoir d’affronter à nouveau les mercenaires de Paris après la claque reçue en 2015 par les premiers pointeurs sur le score de… 9-0. Malgré tout, je nourris de grands espoirs pour la saison à venir en tant que co-capitaine des Pointeurs.

L’autre grande actualité sportive, en attendant la reprise de la danse, du hand, du rugby, des pompom… est la création de l’équipe des Pointeuses de Sciences Po St Ger. Leur devise est déjà claire « vert comme St Ger, on va te n… ta mère » ou peut-être ce seront-elles qui se feront atomiser, l’avenir nous le dira. Toujours est-il que cette nouvelle équipe qui vient s’ajouter à celles déjà existantes offrira assurément des victoires (ou au moins des points au Crit même si elles perdent leurs trois matchs comme les Pointeurs l’an dernier, épisode peu glorieux à Toulouse…). A l’origine du projet, Inaisse, vice-présidente de la meilleure association de cette IEP (toujours autant corrompu ce Grand Pari), débutera les entraînements des pointeuses en octobre, et joueront peut-être en même temps que les Pointeurs. Cela pourrait conduire à des séances originales mêlant filles et garçons (ça pourrait dériver vue la réputation et le nom de l’équipe masculine, même si Valentin et Peyman les omnivores et séducteurs sont partis à l’étranger). Le but de l’équipe n’est pas directement d’avoir le niveau de Lyon en football féminin (pour celles et ceux qui suivent un peu le foot pro féminin), mais de prendre du plaisir en apprenant les bases du foot pour celles qui n’auraient jamais joué ou pour parfaire leurs talents.  Vous apprendrez notamment le retourné de Bergson avec votre coach ou ce qu’est un hors-jeu (mon partenaire Mathieu et co-capitaine me l’a soufflé cette ligne-là). Plus sérieusement, c’est une formidable opportunité pour celles qui ont toujours rêvé d’être la nouvelle Zizou féminine.

Il est temps pour moi de conclure en vous souhaitant la meilleure réussite sportive possible amis sportifs, à bientôt et on se retrouvera pour un prochain article dans l’éventuel futur numéro du Grand Pari (si la justice n’est pas passée par là pour faire cesser la corruption du rédacteur en chef [NDLR : viré]) !

F.T.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :