Marine Le Pen : débat stérile sur TF1

Vous n’avez probablement pas manqué la proposition de l’association Conférence –Débat – Négociation, qui vous invitait dans le public de « Vie Politique », émission diffusée sur TF1 le 11 septembre dernier, avec comme invitée Marine Le Pen. Pour ceux qui n’ont pas pu avoir de place rassurez-vous, Le Grand Pari était en premières loges. Si vous étiez plutôt sceptiques à l’idée d’assister à une émission diffusée en direct, nous vous invitons à continuer la lecture de cet article, car l’intérêt propre d’une telle sortie nous est apparu dès notre arrivée.

Si vous avez regardé l’émission en direct, ou même en différé, vous n’aurez alors aucun mal à vous faire votre propre opinion de la chose, mais notre présence dans le public –discret à l’antenne – nous permet de rendre compte de nombreux éléments relatifs à la composition du public, l’attitude générale de Marine Le Pen, mais surtout le format de l’émission, complètement aseptisé de contradiction.

Nous avons assisté en direct à la censure des supposés « contradicteurs » de Marine Le Pen, par Gilles Bouleau. Parmi les invités, Nicolas Bouzou, économiste libéral renommé et médiatisé, habitué des plateaux. Le débat se structure rapidement autour d’une question sur le Brexit ; voulant reprendre la parole à Marine Le Pen qui s’exprimait depuis deux longues minutes sans interruption, Nicolas Bouzou se voit expressément interrompre par Gilles Bouleau d’un geste de la main, hors champ pour les téléspectateurs.

Pendant ce temps, le présentateur semble être particulièrement préoccupé par son oreillette, ne prêtant aucune attention à la réponse de Marine Le Pen sauf pour la prolonger… Et ainsi de suite, l’intervention ayant duré moins de 10 minutes, le temps de construire un débat dénué de fond. On aurait également pu s’attendre à une plus grande pugnacité de Natacha Polony, plus à l’aise dans le milieu médiatique, mais encore fois, son ton habituellement énergique semblait monocorde, et maintes fois arrêtée par Gilles Bouleau.

Particulièrement confortable pour Marine Le Pen, ce schéma pénalise grandement le chroniqueur qui doit alors faire face à plusieurs contradictions en même temps, et répondre à d’autres sujets mis sur la table par l’invité politique. Il permet également à l’émission de se forger une image d’apparente facilité pour les futurs invités.

Autre gage de mise en confiance de l’invité politique : le public. Nous constatons à notre arrivée au pied des studios la présence d’un groupe venu en car. Nous comprenons vite aux conversations entendues dans le hall d’attente qu’il s’agit de militants frontistes. Certains connaissent d’ailleurs en personne la présidente du FN. Pour s’assurer de la passivité et de la sympathie du public, nous sommes placés par les personnels de TF1… en étroite collaboration avec les collaborateurs de Marine Le Pen. Finalement, ceux qui seront le plus vus à l’antenne ne pas seront les militants frontistes, habilement placés sur les côtés du public et hochant la tête aux moindres déclarations de la candidate, mais nous ; bref un public en apparence jeune.

Pour autant, si la présidente du FN semble largement à son aise à l’antenne, on ne peut pas en dire autant de son attitude hors champ. Elle relit ses notes, montre de nombreux signes de nervosité, et n’hésite pas à fumer sa cigarette électronique pendant la coupure publicitaire… Il s’agit d’une pièce de théâtre où tout est minutieusement calculé, préparé, à l’instar des séquences prétendument authentiques de l’émission, le passage des journalistes de TF1 dans le bureau de l’invité constituant le paroxysme de la mise en scène…

Toute cette mise en scène est adoptée pour cacher le manque de fond flagrant de l’émission. On ne reviendra pas sur les lacunes du débat avec les intervenants, mais on notera quand même l’habileté de Marine Le Pen pour ramener n’importe quelle question sur ses sujets de prédilection. La dédiabolisation du FN et l’approche des présidentielles n’empêcheront tout de même pas quelques expressions et références qui sonnent définitivement « FN Approved » (Jeanne d’Arc comme seul modèle politique, « l’apaisement par l’autorité », l’égalité des « races » et la lutte contre le « socialo-communisme »).

Si Vie Politique nous offre des échanges stériles,  le lancement de L’Emission Politique sur  France 2 ces dernières semaines marque quant à lui le retour du débat de fond, malgré des faiblesses concomitantes au format télévisuel.

Quentin Meunier, Hugo Carlier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :