Youtube : Espace immature ou puits de créativité ?

Il y a peu de moyens d’expression aussi peu compris par les médias que Youtube.

Youtube, c’est une start-up créée en 2006 puis rachetée par Google qui met en avant de jeunes talents qui se filment tout en parlant à une communauté. Ce tableau n’est pas vraiment contestable, mais il reste très incomplet et assez réducteur.

Youtube devient aujourd’hui un média incontestable, que ce soit en France ou ailleurs et les phénomènes liés à celui-ci se multiplient. Pour ceux qui sont nés avant les années 1980, Youtube est un ensemble globalement homogène peuplé de jeunes qui jouent aux jeux vidéo en criant. Toutefois, la réalité est différente. Il y a peu d’espaces existants qui offrent une pluralité aussi grande que celle de Youtube. Le principe de la plateforme est de permettre à tous les indépendants de créer un contenu qui leur ressemble sans réellement de limites. Cela reste très théorique.

Youtube surfe sur le modèle économique de la publicité et du « tout gratuit » pour les utilisateurs. Ce modèle particulier a influencé la direction prise par la start-up ces dernières années. L’apparition du métier de Youtubeur à plein temps a provoqué un changement majeur qui semble être passé inaperçu parmi les auditeurs et les médias. Nombre de jeunes peu initiés en techniques d’entreprise connaissent un succès considérable sur YouTube et se lancent à plein temps dans la production vidéo. Ils doivent donc souvent ralentir leurs études et commencer à gérer un business.

Qui dit entrepreneuriat dit besoin de retombées économiques, les vidéos sont faites dans un but de divertissement efficace et tape-à-l’œil. Le but étant de rester proche de son public tout en diffusant des vidéos permettant la survie économique de la chaîne. Si le public fuit ou stagne, alors le rendement par vidéo baisse, le gain est plus faible pour la chaîne ainsi que pour le Youtubeur. Face à cette menace, on assiste au formatage des contenus qui dévient de l’idée originale à la base de leur création. Au diable la liberté d’expression, les vidéos se doivent d’être rentables.

Certains font de véritables investissements (voir les photos ci-contre) avec des multiples écrans, des murs anti-bruit….

Le problème de Youtube, c’est son public volatil qui provoque et alimente les tendances. Du jour au lendemain des types de vidéos émergent et impressionnent par leur caractère viral. Des dizaines de Youtubeurs (qui ont besoin d’argent pour faire tourner leur chaîne), migrent naturellement vers ces vidéos « à la mode » au mépris de ce qu’ils souhaitent réellement.

En 2015, certains types de vidéos ont particulièrement fonctionnés : les pranks, les tutoriels DIY (Do it yourself), les « tops » ou les tutoriels make-up (maquillage) qui sont autant d’exemples marquants.

Comme nous l’avons vu, Youtube se professionnalise au risque de perdre en diversité. Une telle uniformatisation semble condamner la start-up au même destin que la TV- un média généralement renié par les utilisateurs de YouTube -.

Cette uniformisation s’incarne tout à fait dans le phénomène dit « putaclic » ou « bait-clicking ». La définition varie énormément selon le jugement des individus mais certaines idées générales ressortent. Le « bait-clicking » est un élément marketing visant à attirer le plus de visionnages possibles. Pour ce faire, l’usage de titres choquants et d’images à caractère polémique, gore ou sexuel est très répandu, notamment depuis 2016. La plupart des Youtubeurs influents l’utilisent encore aujourd’hui. Les petits Youtubeurs imitant les grands, on assiste à une déferlante de vidéos dites « putaclic » qui se ressemblent finalement toutes. Je considère qu’il est donc important de mettre en avant les créateurs qui ne souhaitent pas suivre le sens des « vues ».

D’après les réussites de 2015/2016, l’avenir de YouTube semble éducatif, notamment de par l’âge de ses utilisateurs. Les mathématiques, la physique et la biologie retrouvent un regain de popularité grâce à Youtube. Bien que les vidéos soient souvent orientées sur l’humour ou l’originalité, elles permettent à ceux qui les regardent de comprendre certains principes complexes. En dehors des sciences dures, le nombre de vidéos engageant la réflexion des spectateurs a explosé. Les conférences TED, les chaînes traitant de philosophie comme DanyCaligula et Cyrus North sont des exemples probants que la réflexion et l’auto-éducation ne sont pas morts avec la naissance d’internet.

Pour ceux qui ont besoin de se forger une opinion ou d’avoir leur dose d’actualité, les chaînes Bonjour Tristesse, Data Gueule et Osons causer sont des chaînes faites pour vous.

L’humour est souvent l’image de Youtube la plus mise en avant et l’on ne compte plus le nombre d’interviews de Cyprien ou de Normanfaitdesvidéos. On ne parle plus de « La cité de la peur » pendant les pauses mais plutôt des dernières vidéos du Woop Gang, d’Antoine Daniel ou de Mattieu Sommet, une vidéo en entraînant une autre. Le succès de ces vidéos permet à leurs créateurs d’envisager la production de court-métrages. « Technophobe » de Cyprien a été le 3ème vidéo la plus vue en France cette année, elle reste une vidéo référence dans les court-métrages sur Youtube (en France). Cette année, Antoine Daniel a sortie deux épisodes de What The Cut, son émission principale en y ajoutant des court-métrages. On peut aussi citer le brillant long-métrage de Suricate : « Les Dissociés », accessible à tous gratuitement.

Youtube est bien plus qu’un site de partage de vidéos, c’est avant tout un ensemble encore hétérogène qui propose une incroyable variété de vidéos passionnantes, inspirantes, voire révolutionnaires en termes techniques. Youtube est probablement l’un des derniers lieux culturels où les indépendants restent majoritaires.

Enzo Villata

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :