[Concours UNICEF ] Laureline, présidente !

Mardi 15 novembre 2016, nous avons assisté à la troisième finale inter-antenne UNICEF d’Île-de-France, qui a eu lieu à Sciences Po Paris, et pour la seconde fois nous y  avons participé, comme sept autres écoles. Après des sélections réalisées par chaque antenne UNICEF Campus, les écoles ont envoyé leurs meilleurs orateurs pour défendre la cause de l’UNICEF face à un jury. Mais que tirer de cette soirée ? Plein de choses, et je vais tâcher de vous les décrire.

Notre oratrice, Laureline (et seule femme qui s’est présentée à la tribune) s’est montée victorieuse, puisqu’elle a fait grimper l’IEP sur la 3ème marche du podium, et s’est ainsi placée devant Assas, l’ILERI, HEIP et l’ISEP. Cette victoire est un prix de plus à notre tableau de chasse. Sciences Po Saint-Germain est bien là, et il sort les crocs !

Avant de vous faire un résumé des discours et des orateurs, parlons de « l’à côté », du cadre de l’événement. Sciences Po Paris nous a accueillis dans l’auditorium Jean Moulin, une salle d’environ 150 places, avec des sièges de cinéma, une estrade des plus classiques et… du chauffage ! Globalement, dans des conditions optimales pour écouter les discours. La salle n’était pas pleine, nous étions entre 70 et 80 étudiants de toute l’Île-de-France. Malgré notre petit nombre, la bonne ambiance était présente. Nous avons assisté à la présentation d’un jury de qualité et à un discours introductif de la responsable UNICEF France qui nous a remerciés de notre engagement.

Les discours

Le premier à passer fut Hugues, de l’ISEP. Son discours était basé sur la citation de Pauline Kengomard : « Le jeu, c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie. », citation qui ne faisait même pas partie des propositions du jury. Le discours, lui, fut assez lourd, pour ne pas dire morne. En effet, il nous a fait une biographie de Mme Kengomard, puis la sienne, et on s’est ennuyé… Remarquons qu’il fit maintes fois référence à Céline Alvarez, professeure des écoles qui fit parler d’elle pour son livre, Les lois naturelles de l’enfant, qui promeut la méthode Montessori. Le jury lui a ensuite reproché de n’avoir traité qu’une partie de sa citation, en revanche il a su répondre classiquement aux questions posées. Trop tard, pour lui, c’était déjà perdu. Le texte n’était pas mauvais, il n’était juste pas adapté. Enchaînons !

S’ensuit le discours du candidat d’Assas, Yaël. Celui-ci, a choisi la citation de Marcel Poirier («L’enfance est un point de repère à partir duquel chacun va se déterminer.»), comme la plupart des candidats. Je ne m’attarderais pas particulièrement sur son discours, puisque celui-ci se résumait à un étalement de pathos ultra-dramatique. Alors oui, les mots étaient violents, les expressions à la limite du gore, mais ils décrivaient aussi une réalité. Un des jurés l’a complimenté sur sa qualité d’orateur en le comparant au discours précédent, qu’il n’a pas manqué pas de descendre par la suite. Sa prestation fut gâchée par son incapacité à faire la différence entre égalité et équité. Ainsi, sa prestation est tombée à l’eau… Au prochain !

Justement, le prochain c’était Adrien de l’ICP, avec la même phrase de Manuel Poirier. Il était clairement plus à l’aise à la tribune que ses prédécesseurs, apparaissant même comme quelqu’un de sympathique. Cependant, ce dernier a pris à contre-pied la citation en s’opposant au déterminisme. On a noté cependant une belle prise de risque avec une blague soulignant les cas de pédophilie dans l’Église… Venant d’un gars de la catho, ça nous a surpris. Néanmoins, il a été félicité pour son humour, et surtout pour son aisance face aux questions du jury. Victoire méritée !

Dure désillusion lorsque le prochain concurrent est apparu… Guillaume, de l’HEIP s’est présenté avec la citation du Président Lincoln : «Si l’éducation coûte cher, essayez le coût de l’ignorance». Son discours est allé vite, et a viré du formel au stand-up. Faire un peu d’humour, ok ; mais en faire autant, non. Le fond était totalement délaissé car sacrifié pour la forme. Lorsqu’un discours est aussi creux, il a du mal à faire écho dans la salle, et ce fut le cas. Certaines blagues étaient recherchées, pertinentes et drôles mais d’autres étaient trop appuyées, tirées par les cheveux et inutiles. Ce qu’il en est sorti ? Et bah, pas grand-chose… C’est donc tout naturellement que le jury ne lui a posé qu’une seule question, et basta. Next !

L’ambassadeur de Sciences Po Paris s’est avancé vers la tribune, toujours sur la citation de Marcel Poirier. Le ton était bon, la gestuelle parfaite, seulement la thèse n’était pas adaptée, et le fond absent. Comme dirait Chirac «c’est beau, mais c’est loin». Après avoir félicité son don pour l’éloquence, le jury lui a fait remarquer qu’il n’a pas traité le sujet. Pour la délégation de Saint-Germain, ce fut la joie. Un IEP de province ferait-il chuter Paris ? (Non pas que je sois communard, mais bon… Ce sont nos meilleurs ennemis, assumons-le). Il était manifestement bon, mais à côté. A la surprise générale, celui-ci a fini second sans avoir véritablement traité le sujet. De mon point de vue, Laureline aurait dû être devant… Mais pas de procès d’intention, passons à Laureline !

Ce fut un discours argumenté, les exemples et les références étaient fournis. On passait du pathos à l’ethos sans accrochage et, enfin, les réponses aux questions du jury étaient remarquablement bien structurées. Puis, il y a eu la question de la responsable UNICEF, qui n’articulait pas : « Est-ce que de l’homme naît l’égo ? » L’incompréhension a envahi la salle, on a longuement cherché le sens… Mais Laureline l’a trouvé en une seconde, et elle a répondu avec brio. La question a dû être répétée pour le public. Laureline, était la seule candidate féminine. Cependant, elle a imposé son style, sa voix, sa personnalité remarquablement bien, même si le jury lui a légèrement reproché de ne pas être assez démonstrative… Encore une fois, je me répète (même si je laisse de côté mon objectivité) bravo !

Le dernier à passer, était l’élève de l’ILERI. Il était là avec toute son équipe, tous portant des pulls à l’effigie de l’école. Le discours démarrait bien, enfin, jusqu’à ce que l’on remarque un son de fin de phrase… Assez ennuyeux… Ah oui ! L’accent du bourgeois parisien ! Celui qui, sans boire, te saoule. Ce n’était pas de sa faute, mais c’était peut-être un trop prononcé… D’autant plus que son discours était basé sur le fait qu’il soit breton… A l’inverse des autres son discours avait du fond et a su s’élever au-dessus de la masse de vannes un peu lourdes. Cependant, il n’a pas su être pertinent sur les questions du jury, tant pis. Une prochaine fois, peut-être.

Après dix minutes de délibération (et de suspense), le jury est revenu. Avant de procéder à la nomination, le jury nous a expliqué qu’il y a eu consensus pour les trois premiers, mais que la discussion s’est ensuite tournée sur leur classement. Un argument de plus qui nous fait croire que la deuxième place revenait à Laureline… Enfin, classement final est tombé… En première position, Adrien de l’ICP ; puis le sciencepiste parisien et, en troisième position Laureline ! Le jury nous a ensuite remercié et nous a rappelé l’importance de l’engagement des jeunes à l’UNICEF. L’événement s’est conclu dans le calme, quelques photos ont été prises, et la salle s’est vidée doucement.

Cet article n’est qu’un banal compte-rendu, certes. Cependant, voyons dans la réussite de Laureline quelque chose de bien plus grand. L’idée n’est pas que de la glorifier, mais également de montrer à quel point cette victoire est importante pour notre école. Cette victoire, c’est une reconnaissance en tant qu’IEP, et nous devons continuer dans cette voie là pour faire de notre IEP une école encore plus grande. C’est pourquoi il ne faut ni oublier, ni minimiser les victoires de l’IEP de Saint-Germain. Croyez-moi, un jour, ils craindront la meute.

E.V.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :