TPMP, entre culture du viol et culte de l’humiliation

Peut-on encore se permettre de douter que notre culture participe à la banalisation du viol, de l’humiliation et de certaines formes de violences toutes aussi gratuites ? 50% des lycéens avouent avoir ressenti une forme d’humiliation en classe. Les statistiques font état de 14 situations de violence par établissement primaire chaque année. Chaque heure en France, près de 9 personnes sont victimes de viol, de même au cours de sa vie une femme sur trois est victime de violences.

Pourtant, les Américains ont élu un homme qui ne se cache pas d’avoir dit qu’une femme devait être « attrapée par la chatte ». Les députés français ont refusé de voter un texte visant à rendre inéligible les auteurs de violences sexuelles. Un élu indien s’est même permis de dire qu’un viol était « parfois légitime ». 41% des Français sous-évaluent le nombre de viols, 27% estiment qu’un violeur a moins de responsabilité si la victime s’est montrée séductrice et 24% pensent qu’une fellation ne relève pas du viol… Pourtant, on fait le culte de l’humiliation à la télévision française, à une heure de grande écoute.

Touche Pas à Mon Poste, c’est près de 2 millions de téléspectateurs chaque jour, soit environ 9% de part d’audience sur les 4 ans et plus.

4 ans et plus cela signifie que nos enfants regardent, que nos adolescents regardent, et que leurs parents regardent. Pour cause, l’émission est diffusée à partir de 19h15, soit à l’heure du repas, sachant que plus d’un français sur deux dîne devant un écran.

Que pense un enfant qui voit à la télé un comportement faisant rire tout un public ? Il pense que c’est une manière d’agir socialement acceptable, voire valorisée. Enfants et adolescents sont malléables et malléés par la télévision. Au vu du temps que les jeunes passent devant, la télévision est devenue indubitablement un élément de socialisation à part entière. Ainsi, que va faire l’enfant ? Intégrer ce comportement ? Le reproduire ? En accepter la reproduction dans la vie de tous les jours ?

Or, voilà que TPMP montre des séquences banalisant les humiliations. Un chroniqueur se prend un bol de nouilles cuites dans le caleçon ? Hahaha, le public s’esclaffe et l’animateur rit à gorge déployée. On révèle par mégarde l’homosexualité d’un chroniqueur à l’antenne ? Hahaha, quel idiot je suis… DIS-NOUS EN PLUS À CE SUJET ! Les chroniqueurs sont ouvertement sexistes et sont concernés par une enquête dans le cadre d’un trafic de drogue ? Hahaha, toujours le mot pour rire, ça leur fera des petites histoires sur les flics à raconter.

On embrasse les seins d’une femme sans son accord ? Hahaha, ça passe, elle souriait. On apprend que l’entretien d’embauche d’une chroniqueuse s’est fait face au grand patron, pénis posé sur l’épaule de sa secrétaire ? Hahaha, évidemment que les audiences n’en pâtiront pas, quelle situation cocasse, quel blagueur ce patron.

On piège un chroniqueur en lui faisant croire qu’il est complice d’un homicide involontaire et qu’il va devoir payer pour ça puisque la réputation de son patron ne peut pas en souffrir ? Hahaha, qu’il est bête d’y avoir cru, d’avoir contacté la police et un avocat.

Une liste exhaustive des comportements au-delà des limites serait beaucoup trop longue à dresser.

Le malheur des uns fait-il le bonheur des autres ? En tout cas, le malheur de ses chroniqueurs fait la renommée et la fortune de Hanouna, tant que personne n’osera  lui dire qu’il va trop loin. Pourtant à chaque dérapage le CSA reçoit des centaines de plaintes et de nombreuses enquêtes sont en cours à l’encontre de TPMP, mais rien n’y fait, les dérapages continuent.

En laissant nos enfants apprendre de telles leçons de l’objet sacré du ménage, il ne faut pas s’étonner de l’augmentation des agressions, des humiliations, de tous ces comportements qui leur sont montrés comme approuvés. Si, au niveau individuel, il est impossible d’interdire de tels shows de médiocrité humaine, il reste toutefois quelques solutions : éteindre la télévision ; changer de chaîne ; boycotter ce genre d’émission ; apprendre l’amour et non la haine à la future génération.

Je sais pertinemment que je verrai mes dernières neiges bien avant que le monde ne soit devenu une ode à l’égalité, à la liberté et à la fraternité ; mais soyez assurés que c’est sans repos que, durant toute l’éternité qui me sépare de cet instant, je me battrai pour que les consciences soient élevées, que les faits soient révélés, que les fauteurs soient accablés et que les victimes soient apaisées, non pas de ce qui a pu leur arriver, mais de savoir que cela n’arrivera plus, à personne. Il n’est nul être humain qui mérite de subir de telles violences, et il ne devrait être nulle société qui banalise ces actes et, c’est là peut être le pire, en promeut la culture.

La vie est un cadeau suffisamment précieux et fragile pour qu’on n’ait pas à contraindre certain à le respecter ; la dignité humaine est suffisamment naturelle et universellement louée, pour qu’on n’ait pas à contraindre qui que ce soit à la respecter.

E.N.H

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :