[Tribune] La Grande Evasion

Son front brille, ses longs doigts s’affolent, son angoisse insoutenable l’étouffe, il transpire. Son sourire s’étire, sa satisfaction est froide, son porte monnaie respire. Seul, devant son petit écran, il offre à son opulent trésor le don d’ubiquité, loin des fous qui souhaiteraient l’amincir ! En un clic, son être et son avidité sont soulagés, mais la France et la République viennent d’être truandées. Ce gangster des temps modernes vient de participer au casse du siècle, il braque l’Etat, le met à genoux, il ne pourra pas le prélever et redistribuer. Son action cynique, ne le privera d’aucune liberté, il le sait. Il a envoyé son argent au soleil, il lui brûlait déjà les poches. Il a envoyé son argent vers la neige, il est un être froid et moche.  Les grandes dents menaçantes de l’Etat sont désormais loin, il sait pertinemment qu’il lèse ceux qui en ont le moins. Les canines bien aiguisées, il mâche tranquillement ses billets, il les savoure, et regarde avec mépris les « sans dents ».

Ce triste spectacle me trouble profondément. J’ai lu un jour, sur un bâtiment de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité. Je me souviens, c’étaient les valeurs de notre France ! Marianne, réveille-toi ! Elle a la gueule de bois et elle continue de dormir et de boire. Aux citoyens de faire venir ce « moment où le peuple rappelle à ses gouvernants qu’il entend être gouverné selon son intérêt »*. La chose du peuple doit revenir à tous les citoyens et non plus seulement aux plus aisés. Payer ses impôts, c’est participer à la construction et à la reconstruction de la France. Ces hommes ne paient pas d’impôts à la République, 600 milliards d’euros seraient dans les paradis fiscaux, et pendant ce temps, des hommes et des femmes dans l’enfer de la misère se tuent à coup de couteaux. Depuis plus de 30 ans des foyers sont matraqués et frappés par les politiques d’austérité qui visent à réduire la dette de l’Etat. La fraternité de tous les Français dans la douleur et l’effort national n’est plus d’actualité. 60 à 80 milliards d’euros s’échappent chaque année vers des territoires où le taux d’imposition est plus faible. Cette débâcle fiscale est en réalité une crise morale, éthique et politique.

L’Evasion fiscale est une atteinte aux valeurs de l’Etat français. Notre Etat providence vise à parfaire la justice sociale à l’aide d’une justice fiscale, il suit ce leitmotiv que d’aucuns jugent bien naïf : « Prendre aux riches pour donner aux pauvres ». Mais en France, les inégalités économiques croissent, et les redistributions décroissent. Comment les Français, ce peuple qui a fait la Révolution pour abolir les privilèges, pourrait accepter que certains paient des impôts et d’autres y échappent ? La réalité est frappante, la gravité nous saute aux yeux, mais les actions politiques efficaces pour lutter contre ce fléau sont inexistantes. Un courage politique en berne qui n’ose même pas des sanctions contre les banques de Berne. Elles volent l’argent qui revient de droit à la France. La crise économique a plongé le pays dans des heures sombres, le chômage de masse grimpe, les petits salaires baissent, le service public décline et abandonne un grand nombre de territoires. Certaines élites financières, des grandes banques, sont responsables de cette crise. Elles ont été sauvées de la faillite par l’Etat français et l’argent des contribuables. Que font-elles en retour ? Elles s’évadent ! Une banque française comme BNP Paribas possède un grand nombre de filiales à l’étranger lui permettant de contourner la fiscalité française. Optimisation fiscale ? Non ! Vol national !

 
Nicolas Sarkozy, après les grands sommets internationaux avait sonné la fin des paradis fiscaux. Il déclarait par la suite n’avoir jamais menti aux Français. La France tu l’aimes ou tu la quittes ? En Novembre 2016, l’évasion fiscale est toujours d’actualité ! Cette lèpre économique, devrait être un enjeu majeur présent dans les programmes des candidats à la prochaine élection présidentielle. Parvenir à endiguer ce phénomène rapporterait 600 milliards d’euros au budget de l’Etat. Quelle mesure est aussi lucrative ? Supprimer fortement le nombre de fonctionnaires, diminuer les dépenses publiques, augmenter les impôts, ces mesures ne représenteront jamais ce chiffre. Nous devons bien comprendre les complexités de ce sujet, la France ne pourra lutter toute seule, les actions doivent être continentales, voire mondiales. Cependant, notre pays peut être le porte parole et le porte drapeau de cette lutte ! « Nous crevons d’être sans légende, sans mystère, sans grandeur » écrivait Louis-Ferdinand Céline. La France doit être de nouveau grande ! Nos hommes politiques doivent retrouver le sens de l’Etat et du peuple, ils doivent redorer nos valeurs nationales ! Aujourd’hui quelle forme d’égalité peut-on trouver quand un homme qui truande l’Etat n’est pas menacé, tandis qu’un homme qui vole pour se nourrir est envoyé en prison ? On me pardonnera cet argument jugé démagogique, je le veux plutôt démophile, sentinelle de l’égalité et de la moralité.
 

Je l’ai écrit, cette victoire contre l’évasion fiscale ne se fera pas au niveau national. L’Union Européenne doit jouer son rôle de fédérateur. Mais quelle unité et quelle solidarité peut-elle parfaire sans équité fiscale ? Un de ses dirigeants, Jean Claude Juncker, est le loup dans la bergerie. Il paraît fort logique que l’Europe n’ait point d’harmonisation fiscale avec un luxembourgeois à sa tête. Eradiquer l’évasion fiscale est une nécessité, politique, sociale et économique pour la France et le monde. Nous devons en finir avec cette cupidité humaine qui s’entretient, et la solidarité qu’elle abat. « Notre avenir sera brillant car il sera nôtre » clamait Charles De Gaulle, saisissons notre Histoire, rendons la grande :

 
Son front brille, ses longs doigts s’affolent, son angoisse insoutenable l’étouffe, il transpire. Ses yeux s’étirent, sa colère est froide, son porte monnaie expire. Seul, devant son petit écran, il pensait offrir à son opulent trésor le don d’ubiquité, loin des fous qui souhaitaient l’amincir ! En un clic, son être et son avidité sont rattrapés, la France et la République ne veulent plus être truandées. Ce gangster des temps modernes voulait participer au casse du siècle, braquer l’Etat, le mettre à genoux. La France peut désormais le prélever et redistribuer…
 

                                                                                                                                 Un Tigre.

*Vincent Coussedière

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :