Princess Nokia : Feminism is the new Rap

Originaire du Bronx, se définissant elle-même comme une « Black Native American Woman », Destiny Frasqueri de son vrai nom, aussi connue en tant que Wavy Spice et plus récemment Princess Nokia est une figure du rap américain qui fait de plus en plus parler d’elle. 

Le 8 septembre 2017, cette rappeuse afro-portoricaine dévoile la version Deluxe de son dernier projet qui l’a propulsé en 2016,  « 1992 ». Année de sa naissance, tatouée sur la main droite, cette date représente le point de départ de son existence dans la ville de New York. Entre agressivité et sensibilité, cette princesse badass, nous livre sa vision du féminisme, de la place des minorités dans la société américaine et sa relation complexe avec New York. Dans un mini film/documentaire d’une quinzaine de minutes consacré à sa jeunesse avant d’entrer dans la sphère du rap, dirigé par Orian Barki et produit par The FADER, cette « princesse » de 25 ans décrit son enfance et son entrée dans l’adolescence bien loin du conte de fée.

Ayant perdu sa mère très jeune, elle vit chez ses grands parents avant d’être placée en foyer. Là, elle raconte être battue par sa mère adoptive à de multiples reprises. Elle rajoute même avoir eu besoin d’être maquillée le jour de la photo de classe, à l’âge de 11 ans par la sœur de sa mère adoptive, pour masquer un œil au beurre noir. La mère de sa famille d’accueil connaissant l’administration de l’école qu’elle fréquentait, personne ne réagissait aux marques laissées sur le visage de Destiny. Elle passe alors son enfance et adolescence dans la crainte quotidienne de cette mère adoptive. À l’age de 15 ans, faisant preuve d’une maturité précoce, et considérant qu’elle n’avait pas à subir ce traitement, elle prend la courageuse décision de quitter son foyer avec seulement « 3 dollars en poche et un téléphone chargé à 70% ». Elle considère elle-même ce moment comme le point de départ de « Princess Nokia » aussi bien du point de vue artistique que militant. La rappeuse va cependant mettre un certain temps avant de se consacrer à sa carrière musicale du fait de la vie instable qu’elle va mener après son départ. Elle vit pendant un quelques temps chez son père dans le Lower East Side d’Harlem où elle deale pour gagner sa vie. Accrochée à son téléphone par peur de manquer un client, elle est rapidement surnommée « Princess Nokia » qui deviendra plus tard son nom de scène.

Après des premiers essais hésitants à l’identité musicale assez floue, cette princesse masculine et garçon manquée (comme elle se décrit elle-même dans « Tomboy »,1992 ) sort en 2014 son premier EP intitulé Mettalic Butterfly qui ne connaît pas un succès très retentissant. Mais en 2016, son projet 1992 fait nettement plus de bruit sur la scène de rap américain. Inspiré par de artistes comme Bikini Kill groupe de punk-rock américain, considéré comme précurseur du mouvement des « Riot grrrl » (mouvement musical mélangeant punk et rock alternatif diffusant un message féministe dans les 90s); la chanteuse américaine Aaliyah ou encore le rap old school de the Notorious Big, le projet séduit une grande partie du pubic américain et particulièrement du public féminin (de couleurs mais pas que !) qui se reconnaissait dans ses propos féministes.

Si le féminisme est une valeur très présente dans sa musique, notre princesse new-yorkaise ne se contente pas seulement d’en parler En effet, elle fonde en 2014 avec sa meilleure amie Milah , avec qui elle nous des liens particulier car elle a, elle aussi,perdu sa mère très jeune, le collectif « Smart Girl Club ». Ce collectif a été créé dans le but de promouvoir les carrières musicales et artistiques des femmes de « toutes ethnies ». On peut écouter gratuitement des émissions de radio podcastées des membres du club régulièrement mises en ligne où Destiny partage de sa voix apaisante sa vision de la musique, de la condition féminine ou de spiritualité.

Cette ode à la féminité et cette volonté de mettre en avant les minorités se traduit aussi lors de ses concerts où elle a pour coutume de demander aux femmes et aux personnes appartenant à des minorités habituellement stigmatisées de venir à l’avant du public car ici, à « son » concert, leur place n’est pas « au fond » de la salle. Elle va même jusqu’a faire monter des gens sur scène pour danser avec elle sur la chanson « Mi Corazon in Africa », chanson écrite en l’honneur de ses grands parents. Elle prend également la parole entre deux chansons pour dénoncer la stigmatisation, la discrimination ou les agressions sexuelle subies par les femmes, allant jusqu’a casser la gueule d’un étudiant anglais qui lui manque de respect lors de son concert à Cambridge.

Elle affirme son attachement à l’Afrique à la manière Solange Knowles. Chacune d’entre elles ont sorti un morceau dénonçant la curiosité (parfois) malsaine des chevelures des femmes noires : Don’t touch my hair pour Solange et Mine pour Princess Nokia (que l’ont peu retrouvé sur 1992). Elles s’inscrit donc dans cette génération d’artistes engagé(e)s et militant(e)s.

Revendiquant son indépendance à toutes les échelles, elle a refusé des contrats avec 5 labels s’auto produit et s’auto manage. Elle propose même cyniquement sur son propre site des liens gratuits pour écouter son album car «  de toute façon ils seront téléchargés non » ironise-t-elle, elle même. Le succès (certes relatif mais non négligeable) de 1992 lui a permis de s’imposer plus véritablement sur la scène américaine. Après avoir séduite le styliste Alexandre Swang qui utilise son single Tomboy pour son clip à la Fashion Week de Paris, elle devient égérie de la marque Calvin Klein au coté de Kendrick Lamar.

Cette visibilité naissante lui permet d’étendre son activité militante, ce qui se concrétise par exemple par une collecte de fonds pour aider Porto Rico lancée il y a deux jours. Dans une vidéo postée sur YouTube, elle dénonce les conditions de vie catastrophiques engendrées par l’ouragan Maria et partage un lien « gofundme » pour aider les portoricains ayant tout perdu dans la catastrophe (le lien de la vidéo et de la collecte sont à la fin de l’article pour les intéressés 🙂 )

Rappeuse féministe au grand cœur et dotée d’un talent d’écriture indéniable, la princesse semble sur la bonne voie pour devenir la prochaine reine de la scène féminine de rap américain. En attendant son couronnement vous pouvez toujours écouter son projet et vous faire votre propre avis.

LIENS :

1992 DELUXE sur Soundcloud : https://soundcloud.com/princessnokiaofficial/sets/1992-deluxe

Smart Girl Club’s podcast : https://soundcloud.com/princessnokia92/smart-girl-club-episode-1-jan-5th-2017-1517-1154-am

Vidéo explicative de la situation à Puerto Rico : https://www.youtube.com/watch?v=fXVlgD5v18c

Lien de la collecte : https://www.gofundme.com/adztf-hurricane-maria-disaster-relief

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :