La rentrée sportive à Sciences Po Saint-Ger.

      Maintenant que la rentrée est derrière vous, votre vie de sciencepiste a commencé à suivre son long fleuve (pas toujours) tranquille… Comme vous l’aurez sûrement déjà (re)découvert, l’IEP exige rigueur et discipline de la part de ses brillants étudiants, qualités qui peuvent d’ailleurs s’appliquer à l’intérieur des salles de classe tout comme en dehors.

      En effet, à Saint-Germain la vie sportive est rythmée, et la diversité de sports proposés est telle que chacun peut y trouver son bonheur. Les étudiants sont volontaires et investis et répondent aux 4 mots d’ordre qui sont motivation, esprit d’équipe, performance mais surtout bonne humeur. Nos capitaines et coachs sont, une nouvelle fois, bien déterminés à mener leurs équipes sur-motivées vers la victoire ! Autant vous dire que le Crit 2018 [NDLR : ou « Krit », comme le disent les strasbourgeois] sera à nous (ou presque). D’ailleurs, avant de s’attaquer à cette nouvelle saison, un petit récap’ des performances de l’année dernière à Lyon s’impose.

      Notre équipe des Pompom Petitspois a véritablement brillé lors de l’édition 2017, en décrochant une superbe seconde place ex-æquo avec Aix ; nos rugbywomen les Petits Poids Lourds ont partagé la 5e place avec les toulousaines ; sans oublier une 5e place en danse. Saint-Ger s’est également fait remarquer au tennis de table, en décrochant une 4e place. Ajoutons à cela les titres honorifiques dignement remportés par nos délégations : celui de la solidarité et celui du fair-play, soit deux des quatre prix spéciaux attribués aux IEP. A St Ger on n’a peut être pas l’effectif le plus imposant, mais on sait jouer dans les règles de l’art et s’amuser comme il se doit (et boire, oui, aussi).
Mais aussi et à notre plus grand regret, certaines équipes n’ayant pas pu s’engager pour cause de sous-effectif, notamment en volleyball masculin, en basket et en natation. Pas de quoi rester allongé sur la pelouse. Grâce à l’impulsion des trois promotions qui seront présentes pour la première fois au Crit, Sciences Po Saint Ger pourra sans aucun doute s’essayer à toutes les disciplines… et non sans soif de vaincre.

       Notre IEP a accueilli sa première promotion en septembre 2014, et a dû se construire entièrement pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. L’IEP étant en constante évolution, vous comprendrez bien qu’avec des effectifs réduits à moins d’une centaine d’étudiants lors de nos de premières participations, il a été difficile de tenir tête sur le terrain aux machines de guerre qui nous font face, et plus particulièrement aux colosses que sont Sciences Po Paris, Bordeaux et Grenoble. Malgré son jeune âge, notre IEP s’est pourtant défendu on ne peut plus vaillamment au Crit et a su briller à plusieurs reprises. Lors de la dernière participation en date, seulement 70 points nous ont manqué pour rendre la cuillère [NDLR : prix qui récompense le dernier au classement général du Crit] aux rennais, à qui elle appartenait avant que notre IEP n’entre dans le Crit-game. L’objectif pour le Crit 2018 est clair : échapper à la dernière place du classement. Après 2 années consécutives de monopole de la cuillère, le temps est venu de passer le flambeau.

          Le Crit, c’est le grand meeting de la saison, l’événement sportif de l’année pour l’IEP, et est une nouvelle fois au cœur des discussions sportives (mais pas que…) de cette rentrée. Dès la journée des forums, nos capitaines ont su motiver et inciter les 1A à rejoindre leurs équipes avec succès. Pour plusieurs équipes, cette année 2018 sera l’occasion d’une première participation, et n’ayant rien à perdre, Saint-Germain vise haut et veut créer la surprise. Maxence Thiard, Mahaut de Villeneuve et Baptiste Duverger, respectivement capitaines de la natation, du foot féminin et du basket, entendent bien former de nouvelles équipes mais pas moins compétitives pour aller calmer tous ceux qui pensent que la dernière place nous est promise (mention spéciale aux Parisiens qui se sentent au dessus de tout…) le temps est venu de montrer aux autres IEP qu’on pèse à Saint-Ger. Malgré tout, nos brillants étudiants de Sciences Po Saint-Germain savent que la route est longue et qu’il sera difficile d’atteindre les plus hautes marches des podiums, tant bien même qu’un top 5 représenterait déjà une victoire en soi.

        Il est vrai qu’avec notre abonnement à la dernière place, tout le monde s’attend à une récidive. Mais cette année ça ne sera pas la même histoire : une nouvelle promotion, un effectif plus grand, un esprit collectif qui progresse toujours, Saint-Ger compte bien renverser Strasbourg !

“Avec tout ce nouvel effectif et la motivation qu’il apporte, si tout le monde se sent à sa place et que l’on fait preuve de discipline lors des matchs, on pourra en gagner, qui sait” – Mahaut de Villeneuve, secrétaire générale du BDS et capitaine émérite des Pointeuses.

       Notre IEP gagne en prestige et en niveau chaque année, offre des occasions pour de nouveaux exploits et de remarquables résultats. Cette année-là sera peut être marquée par un déclic, par le franchissement d’un cap. Pour ne pas citer la nouvelle figure de proue de la politique française, qui bien sûr n’a su rester tacite face à notre montée en flèche : “Votre responsabilité c’est d’aller à Strasbourg, pour le porter, et pour gagner. Au nom de l’IEP nous voulons que vous, les loups, vous alliez le faire gagner, que vous vous débarrassiez de cette cuillère, PARCE QUE C’EST NOTRE PROJET ! Vive le CRIT et vive Sciences Po Saint-Ger.

        Mais le CRIT est encore loin et ces dernières semaines il était question, avant tout, que la reprise se passe bien pour l’intégralité des équipes. Malgré leurs emplois du temps très chargés, les capitaines ont accepté de nous livrer leurs premières impressions sur leur rentrée sportive. Car pour toutes les équipes, un problème de taille s’est posé : Comment assurer la cohésion dans un groupe nouvellement formé et pallier la perte des anciens 2A partis à l’étranger ? Les capitaines sont unanimes : sur le terrain, peu importe l’âge ou l’expérience, c’est la volonté qui prime. Alors qu’on soit un 2A ou nouveau (re)venu, l’objectif est le même : se surpasser pour sa team.

        Après une deuxième place ex-æquo très prometteuse à Lyon l’année dernière pour l’équipe des Pompom Petitspois, accéder une nouvelle fois à la plus haute marche du podium en 2018  [NDLR : après une première victoire en 2015 à Grenoble] serait vécu par les Saint-Germanois comme la consécration ultime. Alizé Jariod, nouvelle co-capitaine de l’équipe aux côtés de Camille Ancelot, est fière de vous présenter ses nouvelles recrues (que vous aurez le privilège de voir en action lors d’une prochaine soirée). Sélectionnées en fonction de leur motivation et de leur volonté, mais aussi en fonction de leur capacité à retenir une chorégraphie et à danser en rythme, les auditions ont été difficiles et stressantes en vue du nombre sous-estimé de candidates. Malgré les innombrables heures d’entraînement acharné qui  les attendent, nos pompomgirls (sans oublier nos pompomboys) vont tenter de relever le défi -et non des moindres- d’égaler, voire de surpasser leurs prédécesseurs. Quoi qu’il en soit, on est certain que nos Pompom Petitpoits sauront enflammer la piste de danse et vous faire rêver !

“Le plus important reste de passer une superbe année avec un groupe de filles soudé”. – Alizé, capitaine des Pompom Petits Pois

       Hélène Ventimiglia, meneuse de la troupe Deca’danse, assure que les premières répétitions se sont bien déroulées. Le stress des sélections a progressivement laissé place à une aisance permettant l’échange artistique. Même si Hélène s’attendait à un groupe plus nombreux, “la quantité ne fait pas la qualité, d’autant plus que l’équipe présente une belle diversité de styles de danses”. Des particularités de chacun à exploiter pour rendre la chorégraphie finale d’autant plus riche et aboutie… Après s’être placé deux fois consécutives à la 5e place, le groupe Deca’danse espère faire mieux cette année. Il n’en reste pas moins que l’objectif est avant tout de se faire plaisir, créer, partager avec ses partenaires. Affaire à suivre…

       Une première séance de basket a eu lieu dans le but de reprendre des sensations avec le ballon, retrouver le rythme mais surtout prendre du plaisir. Baptiste Duverger, capitaine en titre des nouvelles équipes de basketball -féminine et masculine- se réjouit de l’engouement autour de ce sport qui n’avait malheureusement pas pu engager d’équipe au Crit l’année dernière par manque d’effectif. Cette année, c’est totalement différent : Baptiste compte bien partager sa passion avec sa vingtaine de coéquipiers, et mettra un point d’honneur à ce que les entraînements se déroulent toujours dans la bonne humeur et la bonne entente au sein du groupe. Au niveau des objectifs, une 5e place au Crit serait des plus satisfaisantes et pour ce faire, une progression collective et régulière au fil des semaines est attendue. De plus, l’équipe des garçons pourrait être sollicitée pour participer aux championnats universitaires, ce qui lui permettrait de rencontrer des adversaires de haut niveau et ainsi d’acquérir de l’expérience. Baptiste espère faire fructifier le potentiel des équipes, et annonce des entraînements plus rigoureux à l’approche du Crit pour contribuer à se débarrasser de la fameuse cuillère en bois.

        Du côté du handball, la rentrée a été un peu plus compliquée, notamment à cause des horaires qui ont mis du temps à se fixer. Cela a entraîné un effectif assez faible pour l’instant, mais Etienne Boyer, leur capitaine, espère que de nouveaux membres vont rejoindre l’équipe au fur et à mesure que l’année avance.

‘’L’objectif principal est que les joueurs prennent du plaisir à jouer, mais que tout compétiteur qui se respecte va à une compétition pour gagner des matchs, encore plus quand il s’agit du CRIT’’. – Etienne Boyer, capitaine du handball, tout droit revenu de Lima.

       En ce qui concerne l’athlétisme, le capitaine Timothée Landa insiste sur l’accessibilité du sport. Aucune prise de tête, juste l’envie de passer un moment agréable et de repousser ses limites. Quels que soient vos objectifs et votre niveau, vous avez votre place dans l’équipe alors n’hésitez pas à venir arpenter les pistes aux côtés de vos chers et tendres camarades !
Autre sport de course, le running a aussi fait sa rentrée avec une séance. Nos coureurs ont arpenté la terrasse du château et la forêt de notre belle ville. Une nouvelle fois les 1A étaient présents, ce qui témoigne de leur intégration réussie dans l’IEP. Le principal objectif de cette année est bien sûr le Crit, et Louis entend bien essayer d’aller chercher quelques places d’honneur. De plus, il espère créer un petit noyau de coureurs réguliers et de participer à un maximum de courses, dont la Corrida de Saint-Germaine-en-Laye en décembre, une course nocturne de 10km dans les rues de la ville. Louis notre capitaine running encourage tous les motivés à rejoindre les troupes !

      Bien sûr l’objectif ne sera pas simplement de participer, mais de donner le meilleur de soi-même. Pour nous y pousser, on pourra compter sur nos fervents supporters menés par la batucada. Leur capitaine Justine Coulier nous annonce qu’on se devra d’être bouillant pour le Crit, et que la batuc’ assurera l’ambiance pendant ces trois jours de compétition, qui sont synonymes de grands moments (et de bonne boisson). Cette année encore nos Batu’cadets promettent de faire beaucoup de bruit, que ce soit au CRIT mais aussi lors des autres évènements et matchs auxquels participera notre IEP. Désormais, notre batuc’ aura la chance de bénéficier de l’aide d’un maître-tambour en partenariat avec le BDA et la CLEF. Avec une telle amélioration et un effectif qui a doublé, cette saison s’annonce très fêtarde.

       Venons-en maintenant au sport roi (et tout particulièrement ici à Saint Germain), le football. Malgré une huitième place au Crit qui laisse une déception amère, cela n’efface en rien l’extraordinaire saison des Pointeurs. En mode Leicester, ils ont signé une 2e montée en 2 ans en terminant 1er ex-æquo de leur poule, marquée par des victoires extraordinaires comme celle de 10 buts à 0 contre l’ESTP, ou encore celle où nos joueurs l’ont remporté 8-1 contre l’EFFREI [NDLR : ils ont été effrayés… ok je démissionne]. Mais s’il ne fallait retenir qu’une seule victoire, ce serait celle du derby contre notre plus grand rival, Sciences Po Paris par 7 buts à 3 (s’il vous plaît). Un match d’anthologie qui a été retransmis en direct par les médias de l’IEP (et oui on a les moyens). Des 4A ont même déclaré avoir suivi le match en streaming, que ce soit depuis la Chine, le Canada ou encore la Bolivie. A St Ger on repousse les frontières. [NDLR : BIG UP à Rodolphe et Guillaume, le meilleur duo de commentateurs que le monde ait connu <3]
Après cette saison unique, il faut se rendre à l’évidence : il sera difficile de faire mieux. Les Pointeurs sont aujourd’hui en deuxième division universitaire d’île de France. Le niveau sera très relevé et le maintien s’impose comme la priorité. Victor Blaize, nouveau capitaine de l’équipe, va devoir concilier non seulement l’arrivée des 1A, mais aussi le départ des anciens 2A qui n’ont pas pu résister aux offres de transfert vers d’autres clubs internationaux. Les chiffres ne mentent pas : nos Pointeurs nous ont rapporté la modique somme de 222 millions d’euros, c’est peu dire de leur valeur. Cependant l’IEP a aussi su tirer profit du marché des transferts et a recruté de nouveaux joueurs issus de clubs étrangers. Andrea, un attaquant italien plus rapide que son ombre qui a signé un contrat d’un an avec St Ger.

     Du côté des Pointeuses, l’effectif est plus faible que celui espéré par Mahaut, la capitaine, d’une part car certaines joueuses étaient blessées ou malades et n’ont pu assister aux premiers entraînements, et d’autre part parce que le foot féminin est l’un des rares sports qui ne compte aucune 1A. Pour que l’équipe soit présente au CRIT, Mesdemoiselles on attend votre mobilisation !

     Fortes de leur 5ème place au CRIT 2017, nos joueuses de rugby sont arrivées sur-motivées aux premiers entraînements de la saison. Les 2A, qui comptent bien répéter cette performance, vont s’améliorer avec l’arrivée dans l’équipe de nombreuses 1A. Déjà bien intégrées, elles participent à la belle cohésion qui se dégage du groupe. Leur capitaine Caroline Lefebvre se réjouit du succès rencontré, avec beaucoup de nouvelles recrues au niveau hétérogène. Cette année Clément Iraloa sera en charge de les faire progresser. Récemment revenu de Lisbonne, il aura pour objectif de construire un groupe solidaire et compétitif, de bâtir une team qui pourra s’appuyer sur la belle 5ème place de l’an dernier pour, pourquoi pas, viser le podium ! [NDLR : vous imaginez, nos PPL si innocentes la remettre bien profond aux toulousaines?]

     Quant au volleyball et au badminton, c’est avec un immense plaisir que les capitaines respectifs Timothée Droulez, Juliette Schneider et Camille Loiseau ont accueilli un nombre presque inespéré de jeunes sportifs. Nos équipes vont s’entraîner tous les Jeudi après-midi au gymnase de l’IEP et pourront profiter des conseils avisés de Bernard. Paul Muthelet sera en charge de la pétanque et Victor Blaize du tennis de table.

     La natation, autre sport phare des JO, vient de voir le jour au sein de l’IEP. Malgré les problèmes techniques à la piscine olympique de Saint-Germain qui ont retardé le début des entraînements, Maxence Thiard, responsable du groupe natation est très motivé et impatient. Une vague de 1A a déferlé sur St Ger et contribue à la montée de ce sport dans l’IEP, d’autant plus que selon Maxence, le niveau des nageurs est loin d’être négligeable. Grâce à un coach spécialisé, les conditions d’entraînement seront optimales. Le capitaine voit encore plus loin : pourquoi ne pas aspirer à présenter des équipes au CRIT, ce qui serait une grande première dans l’histoire de l’IEP de Saint-Germain en Laye.

     Cependant, tous les sports de l’IEP ne sont pas représentés au CRIT. C’est le cas de la boxe, qui fait aussi ses premiers pas et a fait salle comble. Bien qu’il s’agisse d’un sport individuel, le collectif est néanmoins très important et la bonne ambiance qui se dégage du groupe est pour Mahaut un réel plaisir. Les objectifs de la saison consistent à ce que tout le monde s’amuse et progresse, que les débutants puissent apprendre la boxe, que les confirmés puissent s’améliorer et qu’après chaque séance tout le monde soit fier de soi.

     Notre IEP entame avec bonne humeur et beaucoup d’ambition sa 4ème année. La présentation étant faite, c’est à nous, sciencepistes de Saint-Germain-en-Laye, de continuer à écrire notre histoire, à ne pas rougir de qui nous sommes, à continuer de porter fièrement nos couleurs (Vert comme St Ger…vous connaissez la suite) où que nous allions. L’important n’étant pas d’être à jamais les premiers, mais avant tout de s’amuser, prendre du plaisir, que ce soit à travers le sport ou autre, afin que ces années soient fortes en émotions. Nous sommes fiers de faire partie de cette famille.

Alice Ferber et Thomas Delaunay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :