Douces et douze saveurs dans un Cracovie scintillant de mille feux pour les fêtes de fin d’année

Le mois de décembre s’achève. Les cinq notes du hejnal* retentissent du haut de la Mariacki2 pour annoncer la tombée de la nuit sur Cracovie. L’ancienne capitale royale, toute grelottante de froid et d’excitation face aux quelques flocons de neige se déposant délicatement sur le sol polonais, semble s’apprêter d’une toute nouvelle robe de soirée une fois les étoiles dévoilées.

Depuis quelques semaines, les touristes affluent par centaines, d’Europe et d’Asie, pour admirer cette ville médiévale aux mille secrets, qui enfile sa parure de Noël et réchauffe ainsi les courageux vacanciers, bien enveloppés dans leurs écharpes de laine. Des dizaines d’échoppes ont envahi la place centrale. Le flâneur, arpentant les allées de ce souk enneigé, ne saurait discipliner ses yeux, charmés par ces petites merveilles.

La céramique, célèbre dans toute l’Europe pour ses motifs d’un bleu aussi profond qu’un ciel d’été étoilé, siège à côté des moufles, pantoufles et tapis pour s’emmitoufler au coin du feu. Des fragments d’ambre orangé, rouge ou noir, délicatement polis puis montés sur une armature d’argent, ont aussi envahi les étales, pour orner ensuite les doigts de ces dames. La place est en ébullition, dernières heures de préparation, dans une atmosphère allègre, avec un léger parfum d’oignons grillés, de doux fumé, s’extirpant avec lenteur des immenses marmites préparant pierogis***, bigos****, et żurek*****.

Pour les Polonais, Noël est une fête sans pareille qui ne peut se manquer. Début décembre, petits et grands se hâtent autour de la majestueuse statue de Mickiewicz pour admirer une centaine de crèches aux milles couleurs. Chacun présente son œuvre, préparée avec une minution d’orfèvre, installant Jésus, en papier de bonbons, aux côtés du dragon, symbole de Cracovie et aux pieds de l’imposante Mariacki**. Les jours passent, l’hiver s’installe dans cette ville qui semble hors du temps. Le jour de la Sainte Adèle, dès la tombée de la nuit, les familles se rassemblent et partagent l’opłatek »******, distribué par la personne la plus âgée, offrant ainsi bonheur, santé et réussite à l’ensemble de la maisonnée.

Vient ensuite le temps de passer à table pour savourer les traditionnels douze plats, offrant ainsi aux palets goûteux, pierogis, bigos, żurek, barszcz et gelée de carpe. Les anciens, confortablement installés dans leur fauteuil de cuir, ne manquent pas d’anecdotes à raconter aux jeunes oreilles attentives et curieuses, comme l’ancienne coutume de conserver sa carpe vivante dans la baignoire familiale en attendant de la pomponner avec une multitude d’épices. Les douze cloches retentissent, rompant ainsi doucement le silence de la nuit et le bal sacré peut débuter. A l’instar de petits rats de l’opéra, les Polonais accourent avec grâce se réfugier dans une des nombreuses églises, aux parfums de gingembre et d’encens, pour célébrer la pasterka, la messe de minuit.

Les cinq notes du hejnal* ponctuent chaque heure et les cafés bordants le Rynek ne cessent de voir défiler de nouveaux touristes, émerveillés de cette harmonie conservée malgré les aléas fracassants de l’Histoire. Tout à coup, les murs de la ville s’illuminent, la musique retentit, la foule afflue de toutes parts pour se rassembler au cœur de la vieille ville. Dans un ciel noir encre, la Belle Endormie s’apprête à basculer en 2018. C’est dans cet univers de jubilé, au son d’un DJ slave en vogue, entourée de ce riche patrimoine presque millénaire, que Cracovie dévoile toute sa complexe beauté. Polonais et touristes veilleront jusqu’au réveil du Soleil cette nuit-là et retourneront lentement, le cœur plus léger, à leur quotidienne morosité.


*Trompettiste qui ponctue chaque heure par les mêmes cinq notes en mémoire du guetteur médiéval
**Cathédrale Notre Dame
***Petits raviolis
****Choucroute à la polonaise
*****Soupe au jus fermenté de farine de seigle, servie avec de la saucisse
******Pain azyme similaire à l’hostie


 

Marie-Liévine MICHALIK

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :