REPRISE DES POINTEURS : CRUELLE DÉSILLUSION

Le jeudi 18 janvier, nos Pointeurs étaient privés d’un affrontement avec l’équipe de NOVANCIA pour cause de forfait. Une fois n’étant pas coutume, ce fut au tour de l’ENSEA de se défiler la semaine suivante.

S’en est alors suivie une période de trois semaines sans compétition qui semblaient laisser place à une nécessaire remobilisation des troupes. Les entraînements représentaient alors un sursis bienvenu pour notre équipe afin de se perfectionner à la fois techniquement et tactiquement, tout en renforçant encore l’esprit d’équipe. Cependant, ceux-ci sont fragilisés par l’absence de nombreux joueurs blessés ou indisponibles.

Le jeudi 1 février, les Verts retrouvaient la pelouse du Stade de la Colline pour tenter de l’emporter sur l’équipe de Télécom ParisTech, l’une des plus prestigieuses grandes écoles d’ingénieurs françaises. Une reprise pas moins prometteuse qu’ambivalente : d’un côté, les Pointeurs jouent à domicile mais de l’autre, ils souffrent d’un sous-effectif qui présage certaines difficultés.

D’un côté, Arthur et Maël sont en déplacement à Lyon pour défendre la délégation saint germanoise à l’occasion du Prix Mirabeau, tandis que Raian et Marius sont écartés pour cause de blessure. L’hécatombe n’en reste pas là, et la blessure de dernière minute d’Axel, qui devait être gardien, laisse nos Pointeurs à 10 sur le terrain et sans personne pour garder les cages. Pour en finir avec ce mauvais tableau, le capitaine Victor est lui aussi dans l’impossibilité de revêtir le maillot vert car il récupère encore de sa récente opération à l’épaule. Pas absent pour autant, il tâte le bord du terrain de long en large et donne de la voix pour guider ses coéquipiers en action. En somme, un match qui s’annonce compliqué mais pas injouable, l’équipe adverse étant largement à notre portée.

Les noirs et rouges de Télécom ParisTech se sont en effet précédemment inclinés devant AMOS et NOVANCIA sur les scores respectifs de 4/2 et 3/2. Le coup d’envoi est sifflé au moment où un soleil radieux fait son apparition, à la plus grande joie des quelques fidèles supporters ayant fait le déplacement. Parmi eux on retrouve à nouveau Alban, qui endosse à merveille les rôles de retransmetteur live sur le groupe Facebook Anciens et Nouveaux, commentateur, blagueur et gros tchatcheur comme à son habitude.

La mise en route des Pointeurs est satisfaisante, avec une bonne possession de balle d’entrée de jeu. Les Verts mettent leur jeu en place graduellement, construisent de fins enchaînements tactiques, sans pour autant parvenir à percer les lignes défensives adverses. Les situations de domination se font rares, les Pointeurs se retrouvent souvent dépassés. Plus grave encore, aucune des rares occasions qui se présente ne se voit concrétisée. Les joueurs de Télécom ParisTech ne tombent pas dans ces travers et privilégient le pragmatisme. Stratégie payante, puisqu’à la 11ème minute, le gardien provisoire Adelind s’emploie et réalise une belle parade, mais se retrouve aussitôt mis en difficulté suite à une relance hasardeuse qui ouvre le champ des possibles à l’attaquant adverse. Seul face au but (et au gardien déboussolé), le malheureux vient caresser le poteau : première grosse frayeur.

Quelques minutes plus tard, une percée saint germanoise se voit bouleversée par une contre-attaque rondement menée. Le ballon atterrit finalement dans les bras d’Adelind, fort de ses réflexes. A la 18ème minute, l’équipe adverse se présent en 2 contre 1 dans la surface de réparation, mais l’attaquant est rattrapé par un manque de lucidité et tire un ballon qui fait plutôt office de home run. L’ouverture du score par ParisTech est marquée par un coup franc d’abord contré par le mur des Pointeurs mais qui vient ensuite duper le gardien par une trajectoire flottante mais trompeuse : 0/1.

L’équipe de ParisTech profite de cet avantage pour prendre plus de risques et d’initiatives. Antoine sort un tacle par derrière mais est sanctionné d’un carton jaune par Marius, arbitre du jour qui fait preuve d’une autorité à en faire pâlir les plus téméraires. S’ensuit un coup franc dangereusement placé, frappé en pleine puissance. Notre gardien ne parvient pas à capter le ballon qui tombe directement dans les pieds d’un adversaire, qui n’a plus qu’à le pousser au fond : 0/2. Coup dur pour nos Pointeurs.

Malgré une domination adverse apparente, ils ont pourtant jusque-là résisté notamment grâce à Pierre qu’on peut sans timidité qualifier d’impérial, Arthus qui s’arrache vigoureusement sur chaque intervention, humiliant littéralement ses adversaires d’un petit pont.

Entame de la seconde période. La meute est toujours affamée : dès la 48ème minute, corner pour Saint-Germain. Pierre passe tout près des filets en venant titiller la barre transversale. Le temps fort reprend de plus belle, les Pointeurs se procurent des occasions, mais à la 63ème minute les attaquants de ParisTech inscrivent le but du KO. 0/3, l’écart se creuse.

La flamme des loups peine à subsister. A coups de “Les gars, c’est chaud, l’heure est grave” répétitifs, Alban nous prévient : les Pointeurs sont en bien mauvaise posture. Matéo, qui a remplacé Adelind au goal, est surpris à la 69ème minute par un attaquant qui met en déroute les défenseurs. Juste avant d’être plaqué, celui-ci parvient à passer la balle à son coéquipier qui marque dans le but vide : 0/4. Un point de quasi non-retour est atteint. Comme un symbole, la lumière laisse place à l’obscurité et une pluie battante s’invite sur le stade. Malgré les encouragements infatigables des supporters, les Pointeurs peinent à garder le cap, combativité et motivation sont substituées par lassitude et imprécisions.

Les minutes sont longues, et ParisTech trouve un bon décalage côté gauche, le joueur centre à mi-hauteur pour un coéquipier qui décroche une lourde reprise de volée venant transpercer les filets. 0-5, la manita, dur à encaisser. Les ingénieurs enfoncent le clou : une superbe frappe que nous n’avons pu observer sur le live suite à un petit problème de cadrage (coucou Alban<3) vient s’échouer dans les filets. 0/6, un score de tennis, une bulle. S’il y en a bien un qui veut sonner la révolte, c’est Pierre, qui se charge de tirer un penalty plein de rage (et de désespoir). L’honneur est sauvé… Un but pour Saint Ger, à quelques minutes du coup de sifflet final.

Pour les Pointeurs, c’est une nouvelle défaite difficile à accepter, d’autant plus que le KRIT approche à grands pas et qu’il ne fera pas de cadeaux. Victor, capitaine et coach émérite, souligne tout d’abord le sous-effectif de l’équipe, regrette le manque d’envie et de combativité de la part de ses joueurs et fait part de ses inquiétudes quant à une tendance à la régression qui ne fait que se concrétiser de matches en matches. A quand la première victoire de nos Pointeurs ?

On compte sur vous pour venir encourager notre équipe la semaine prochaine au Stade de la Colline pour le match face à l’ESPCI !

D’ici-là, portez-vous bien,

Alice Ferber et Thomas Delaunay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :