« Make Our COP21 Great Again »

Couronné par le titre de « champion de la Terre » le 26 septembre dernier lors du One Planet Summit, le président français, Emmanuel Macron, apparait comme le leader international dans le domaine de l’écologie. Et pourtant.

Echec de l’interdiction du glyphosate sous 3 ans. Objectif de 50% de la part du nucléaire dans le mix énergétique reporté à après 2025. Démission de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, le 28 août 2018. Trois ans après la vingt-et-unième Conference Of Parties, consacrée par les Accords de Paris en 2015, ce titre de champion de la terre représente-il vraiment le respect des engagements pris par la France lors de la COP21 ?

Ayant pour objectif de réduire le réchauffement climatique bien en deçà de 2°C, ces accords ont mis en place un mécanisme de révision des engagements nationaux tous les 5 ans ciblant particulièrement la réduction des gaz à effets de serre, cause principale du réchauffement climatique.

Or ces buts fixés dans le cadre des Accords de Paris semblent peu respectés comme l’indique le premier bilan de l’Observatoire climat-énergie, créé par les ONG Réseau Action Climat et CLER, qui mentionne que la France a émis 6,7% de gaz à effets de serre en trop par rapport à l’objectif visé pour l’année 2017.

En effet, depuis 2014, nous pouvons observer une hausse légère mais régulière des émissions de gaz à effets de serre. Ainsi, pour l’année 2017, les émissions représentent 466 millions de tonnes alors que l’objectif était fixé à 437 millions de tonnes. Ces objectifs ont notamment été dépassés dans trois domaines émetteurs que sont les transports, le bâtiment et l’agriculture avec des hausses respectives de 10,6%, de 22,7% et de 3,2%.

Néanmoins, il faut souligner que, dans certains secteurs, des progrès ont été réalisés comme pour celui de la production des déchets où les gaz à effets de serre ont baissé de 12,5%. Ce chiffre nous rappelle que le bilan écologique mené par la politique d’Emmanuel Macron n’est pas qu’un nuage pollué : projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes abandonné, fermeture des centrales à charbon d’ici 2022, inscription symbolique des termes « environnement, climat et biodiversité » dans l’article premier de la Constitution…

Parallèlement à ces chiffres sur les émissions globales de gaz à effets de serre, l’Observatoire Climat Energie nous fait remarquer que la situation de la consommation d’énergie n’est pas meilleure. Celle-ci augmente de 4,2% par rapport aux chiffres prévus avec une hausse de 7,8% pour le gaz naturel, de 9,3% pour les produits pétroliers et de 9,8% pour le charbon.

« Make our planet great again ». Un slogan plein de promesses mais qui devrait alors, aux vus de ces chiffres, commencer par respecter les engagements de la COP21. Nous ne voulons pas raconter l’époque où nous pouvions manger des fruits dans l’herbe, allongés dans les prés, où il y avait des animaux partout dans la forêt, où au début du printemps, les oiseaux revenaient.

Continuons à nous mobiliser comme lors du 8 septembre dernier où le journaliste Maxime Lelong a rassemblé 50 000 citoyens à Paris (selon l’organisation 350.org) pour soutenir Nicolas Hulot dans une belle ambiance, reproduite partout en France. Symbole de l’intérêt croissant des français pour la cause écologique depuis les Accords de Paris en 2015, les marches pour le climat se multiplient. La prochaine vous attend le 13 octobre 2018.

Chère planète, il faut que tu respires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :