De la haine des ESPE

Si je prends mon courage à deux mains pour écrire cet article aujourd’hui, c’est pour parler d’un problème que nous rencontrons à Sciences Po Saint Germain et qui prend ces derniers temps une ampleur assez fantastique. C’est la haine des ESPE. Ce que je prenais tout d’abord pour une blague s’est révélé être un véritable sentiment de rejet envers eux qui s’est, je trouve, exacerbé cette année.

Certains vont m’opposer que non, il n’y a pas de haine, que ce ne sont que des blagues et qu’il faut prendre toute cette histoire au deuxième degré. D’ailleurs, nous sommes restés dans le comique avec le dernier petit rap que certains ont demandé à propos de sortir les ESPE du foyer. Mais est-ce si anodin que ça ? Ne cachez-vous pas derrière vos blagues une réelle animosité ? D’ailleurs celle-ci se révèle par le fait que beaucoup ont demandé à ce que les ESPE arrêtent d’occuper notre bâtiment, le foyer… ou qu’ils arrêtent de prendre trop de place au CROUS !

Déjà, cette façon de s’approprier les espaces me dérange. Nous sommes tous sur le même site et c’est de notre devoir de cohabiter. Je ne passerai que rapidement sur l’histoire du CROUS, puisque nous le savons tous, il n’est pas réservé aux étudiants de Sciences Po mais est ouvert à tous ceux qui travaillent sur le site. D’ailleurs, les ESPE pourraient tout autant dire que nous envahissons le CROUS puisque nous sommes arrivés après eux sur le site.

Ensuite, venons-en à la partie intéressante, celle du foyer. Que c’est désagréable de ne pas pouvoir s’y installer parce qu’il est déjà plein à craquer… Encore, si c’était des élèves de Sciences Po, mais oh sacrilège, les ESPE sont aussi là ! D’ailleurs n’est-ce pas une honte qu’ils occupent aussi longtemps les micro-ondes, que ce soit dans le foyer ou au premier étage du bâtiment D ? Après tout, ces lieux nous sont réservés, ce sont nos bâtiments.

Je vous accorde que tout cela peut exaspérer lorsqu’on doit attendre quinze minutes pour faire réchauffer son tupperware ou qu’on n’a pas de place pour s’installer. Est-ce pour autant que nous devons accuser les ESPE ? S’ils viennent dans le foyer ou dans le bâtiment D, c’est surtout parce qu’ils n’ont pas leur propre foyer, ni de micro-ondes dans les autres bâtiments. Il me paraît assez égoïste de ne pas partager ces espaces tout cela pour conserver notre propre petit confort. Pendant ce temps, les ESPE n’ont qu’à manger froid et s’entasser au CROUS…

Pourquoi lorsque nous parlons d’ESPE, certains adoptent des réflexes chauvins en criant à qui veut l’entendre « Ils nous envahissent ! » ? Plutôt que de râler contre les ESPE, nous pourrions nous mobiliser avec eux pour dénoncer les problèmes que posent les infrastructures actuelles du site. Nous pourrions faire remonter à l’administration que nous avons besoin de plus de micro-ondes, qu’il manque une autre salle, … Le fait de cracher sur les ESPE ne fait qu’envenimer la situation et ne résout pas nos problèmes. Nous passons pour des enfants privilégiés et colériques qui ne savent pas voire plus loin que le bout de leur nez.

Où sont passés les étudiants de Sciences Po Saint Germain qui ont réalisé tant de choses exceptionnelles ? Ceux qui ont osé se lever, aller au micro et dénoncer les violences faites aux femmes ? Ceux qui se sont déchirés pour savoir quelles formes de racisme existaient ? Ceux qui se sont mobilisés à la vente de gâteaux pour permettre à une enfant d’aller à l’école ou pour aider UNICEF ? Ceux qui ont participé aux maraudes ? Ceux qui se sont engagés pour lutter contre les inégalités scolaires ? Nous pourrions passer des heures à citer toutes les choses merveilleuses qui ont été accomplies dans cet IEP. J’admire les étudiants de cette école car ils savent se mobiliser pour lutter contre l’intolérance et contre les préjugés.

Pourtant, plusieurs fois, j’ai eu honte de l’attitude de certains, honte d’appartenir à cette institution. Faisons preuve de tolérance jusqu’au bout, mais surtout faisons preuve de respect. Car, s’il y a une chose qui manque dans cet IEP, c’est souvent le respect. Je parle du respect envers les ESPE mais cela va plus loin que ça. Je parle du respect envers nos voisins, le respect envers ceux qui ne sont pas d’accord avec nous, le respect envers les intervenants qui ont la gentillesse de se déplacer et de nous accorder leur temps. Ce respect passe par ne pas utiliser d’insultes, mais aussi par le fait d’arriver à l’heure ou de faire au moins semblant d’écouter.

Peut-être certains pensent que je prends un ton moralisateur, mais je puis vous assurer que je ne prends aucun plaisir à critiquer. Je ne vous parle pas de respect afin de préserver la valeur de notre diplôme et avoir une bonne image, comme l’administration pourrait le faire. Non, je vous parle de respect, parce que c’est uniquement grâce à lui que nous pourrons vivre ensemble au sein de cet IEP et plus généralement sur le site de Saint Germain. Mais le respect permet aussi d’éviter un certain mal être. Lorsque certains d’entre nous n’en font plus preuve, ça n’impacte pas uniquement la personne que vous visez, mais aussi les autres étudiants présents. Si certains n’y voient aucun problème, d’autres sont profondément mal à l’aises et honteux d’être là.

Soyons verts comme Saint Ger ! Soyons l’aube d’un nouvel IEP, un IEP du progrès et de l’intégration, un IEP ouvert sur le monde, un IEP dont nous pourrons affirmer fièrement que nous en sommes issus. Et cela passe par la bonne entente avec les ESPE.

Manon Crouzet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :