Pétain, un « grand soldat » aux « choix funestes »: retour sur la controverse autour de l’hommage rendu aux maréchaux de la Première Guerre mondiale

Le Jeudi 7 Novembre, interrogé sur la présence de Pétain parmi les chefs militaires honorés à l’occasion de l’armistice de la 1ère Guerre Mondiale, Emmanuel Macron a répondu que cela était «légitime», malgré des «choix funestes» de la part de Pétain en 1940. Le lendemain, il essaiera de calmer la polémique provoquée par ces propos, en déclarant qu’“ il faut rendre hommage aux maréchaux, le maréchal Pétain a été pendant la Première Guerre Mondiale un grand soldat, c’est une réalité de notre pays”. Il a dans la même journée développé cet argumentaire, en expliquant que malgré ses “ crimes reconnus, dans laquelle la France a été impliquée”, il restait un grand soldat, et que par conséquent, son hommage restait légitime.

Je vais tenter d’analyser l’impact de ce discours et le mettre en perspective avec d’autres éléments.

Déjà, voyons le cadre du discours : ici, il est dans le cadre d’une interrogation sur la pertinence de la présence de Pétain dans une cérémonie d’hommage aux maréchaux de la Grande Guerre.  Interrogé sur ce choix,  Macron répond que sa présence est “légitime”, et essaie de contrebalancer ce choix en disant que malgré tout, Pétain a eu des “ décisions funestes”, choix de mots très euphémique.

Emmanuel Macron est-il le premier Président à avoir parlé de Pétain de cette façon ? Pas vraiment.

On peut le voir chez deux Présidents marquants de la Vème République de part leur deux mandats, à commencer par François Mitterrand.

Ce dernier était interrogé à la radio après qu’il ait, à l’instar de Giscard et De Gaulle, fleurit la tombe du Maréchal ainsi que celle d’autres généraux, il s’est justifié par les propos suivants : “ C’est [la rafle du vel d’hiv] une honte qui ne pourra jamais être effacée de l’histoire de notre pays. La gloire de Verdun, la gloire payée par beaucoup de sang et de drames, ne peut pas être oubliée, ni les anciens combattants et d’autre part la honte de 1942 ne peut pas l’être davantage. Voilà une contradiction fondamentale. Moi, je dois la gérer et je ne voudrais pas que l’incompréhension s’élargisse. Je ne suis pas très sensible à ce genre de critiques parce que j’ai la conscience claire”

On peut voir une situation très similaire à celle d’Emmanuel Macron : interrogé sur un geste d’hommage envers Pétain en même temps que d’autres généraux, Mitterrand se justifie en parlant de ses premiers exploits, et ce malgré les crimes qu’il a commis des années après.

Si l’on prends un autre Président ayant été élu deux fois, Jacques Chirac, l’homme qui a pourtant reconnu l’implication de la France dans les crimes antisémites de l’occupation, avait les propos suivant lors de la commémoration des 90 ans de Verdun : “ Un homme a su prendre les décisions qui conduiront à la victoire. Il restera comme le vainqueur de Verdun. Cet homme, c’est Philippe Pétain. Hélas, en juin 1940, le même homme, parvenu à l’hiver de sa vie, couvrira de sa gloire le choix funeste de l’armistice et le déshonneur de la collaboration”

A noter que l’expression “ hiver de sa vie” a été utilisée par le général de Gaulle plus de 30 ans avant lui, utilisant le même argumentaire que Mitterrand et Chirac : C’est un grand général ayant finit par prendre de mauvaises décisions.

On peut donc se demander, au vu de cette “tradition” présidentielle à tenter de contrebalancer un hommage à Pétain, pourquoi Macron a choqué récemment au vu de ses propos sensiblement similaires.

Pour moi, la réponse se pose surtout sur deux terrains. D’abord, les termes utilisés par Emmanuel Macron, dans le contexte présent qui ont déclenché cette polémique. Appuyer sur le fait que la décision est “légitime” et utiliser un euphémisme tel que
“ malgré des choix funestes “ a de quoi faire bondir. Mais il s’agit aussi du contexte. Ce n’était pas dans un discours, ou une interview à la radio, mais une question journalistique diffusée à la télé à laquelle Emmanuel Macron a répondu  du tac-au-tac avec un vocabulaire très précis. Il s’agit aussi du contexte historique : entre Chirac et aujourd’hui, la discipline historique a beaucoup évolué quand à la Seconde Guerre Mondiale et le rôle de la France dedans. Des livres décryptant le rôle de la France dans Vichy tel que “ La France de Vichy” de Robert Paxton, sont aujourd’hui sortis depuis 40 ans.

La notion de “résistancialisme” développée par l’historien Henry Rousso en 1987, soit vers la fin du premier mandat de Mitterrand, n’était pas globalement acceptée par la société française de l’époque, elle visait à briser les idées forgées par De Gaulle selon lesquelles la minorité de français ayant résisté étaient de véritables français,  face aux racistes et collaborateurs et de façon générale l’autorité de Vichy. Il est cohérent que dans une France de Mitterrand ou Chirac, encore très influencée par ces idées résistancialistes, un hommage à Pétain soit fait. Seulement aujourd’hui, la majorité des historien.ne.s appliquent cette thèse, elle est même apprise au lycée dans le chapitre sur les Mémoires de la Seconde Guerre Mondiale où l’on essaie de déconstruire les débats sur l’implication française dans cette guerre.

J’ai moi même dû aborder cette thématique à mon bac blanc et mon bac d’histoire et j’utilise en partie mes restes de cours de cette période pour faire cet article.

En somme, le monde des idées et thèses historiques n’est plus le même aujourd’hui. Et voir un Président utiliser des termes plus forts qu’à l’accoutumée pour défendre cette idée est beaucoup moins acceptable, surtout quand François Hollande, n’avait pas fait perduré cette tradition pendant son mandat, en n’honorant jamais Pétain.

De plus, je pense qu’il y a un problème dans l’argumentaire même de cette défense.

L’histoire n’est pas plusieurs blocs monolithiques d’évènements se suivant sans lien direct. L’histoire forme un seul bloc et les évènements de demain sont la répercussions directe de ceux d’aujourd’hui. Ce que je dis peut sembler basique, mais semble très mal compris ( volontairement ? ) par nos politiques.

Il n’y a aucune “contradiction” dans les deux rôles de Pétain, contrairement à ce qu’affirment aussi bien Mitterrand que Macron. Pétain témoigne justement très bien de l’antisémitisme présent chez les militaires au début du XXème siècle.

Je rappelle que dans ses “moments d’égarement”, Pétain a malgré tout été l’initiateur de législation sur le statut des juifs à partir de 1940, ces législations ayant fait partie des plus dures d’Europe, et ce, bien avant que les Allemands ne lui imposent quoi que ce soit à ce sujet. Et ce manque de cohérence historique est visible même dans l’opposition. Quand Jean-Luc Mélenchon prétend que Pétain ne serait pas le grand gagnant de la guerre, en disant qu’il s’agit du maréchal Joffre, il commet déjà plusieurs erreurs historiques, ce dernier ayant juste gagné une bataille capitale pour avoir un rôle moins important dans la suite de la guerre. Un de ses députés, Adrien Quatennens prétendra à la radio que Clemenceau a remplacé Pétain par Joffre vers la fin de la guerre… Quand le remplaçant était en réalité le maréchal Foch.

Au final, on a  l’impression de voir plusieurs politiques tentant de s’approprier une figure historique plus ou moins proche de leurs idées.

J’ajouterai que cette vision de gauche voulant détruire Pétain est assez ancienne, trouvable même chez l’historien militant Henri Guillemin, prétendant que Pétain est un minable n’ayant rien accompli à Verdun.

Seulement, cela pose un problème plus large : l’Histoire n’est pas le fruit  d’un ou deux individus qui ont tout accompli par eux-mêmes, c’est justement la synthèse de tout un contexte historique, d’individus en ayant rencontré d’autres, ayant été aidés par d’autres, de personnes des fois complètement inconnues, qui créent l’Histoire. De plus, affirmer que Pétain n’aurait rien fait empêche de comprendre comment un soit disant nul aurait pu se retrouver à des postes aussi important pendant la Seconde Guerre Mondiale.

C’est pour cela que je considère qu’il est impératif de prendre l’Histoire dans sa globalité: Pétain a été reconnu comme le Héros de Verdun, cela lui a permis d’être assez puissant au début de la Seconde Guerre Mondiale pour décider la mise en place de crimes atroces, tant il était antisémite : les deux parts de sa vie sont intimement liées et tenter d’occulter l’une ou l’autre peut amener à des glissements de sens très inquiétants.

En clair, faire mine d’oublier ses actions pour le placer sur le même plan que d’autres maréchaux en lui rendant un hommage similaire constitue une énorme insulte à toutes les personnes juives de France, ayant eu leur vie et famille détruites durant le régime de Vichy, pour les plus anciens, étant encore marqué.e.s par cette période.

Cette bataille sur la vision de l’Histoire est encore très forte aujourd’hui, où l’on voudrait d’un côté enseigner une Histoire moins centrée sur de grandes figures historiques ou la grandeur Française, au profit d’une ouverture au monde en parlant des Empires externes à l’Europe, montrer les échecs de la France, montrer que beaucoup de points historiques ne sont pas absolus dans la façon dont on peut les interpréter.

Là où de l’autre, on voudrait carrément retourner à un roman national se focalisant beaucoup moins sur les moments sombres de la France tels que la colonisation ou Vichy, c’était notamment un des désirs de François Fillon durant la campagne électorale, chose qui avait fait bondir de nombreuses historien.ne.s.

Vous comprendrez donc que je considère cet hommage à Pétain injustifié dans la forme et anachronique sur le fond, et je pense que les réactions qu’il a suscité en témoignent, ces réactions étant bien plus “légitimes” que l’hommage reçu par Pétain.

V.F

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :