L’EUROPE FACE A SES ENJEUX: Quelles politiques écologiques à l’échelle européenne?

Intervenant : Monsieur Pascal Durand, député EELV au Parlement Européen
Animateur:  Madame Michèle Weinachter

            Vendredi 8 février, l’IEP de Saint-Germain-en-Laye  recevait Pascal Durand, député EELV au Parlement Européen, pour écouter son point de vue sur le lien entre transition écologie et Union Européenne. Cette entrevue d’un peu plus d’une heure prit la véritable forme d’un débat bien équilibré entre les interventions de Michèle Weinachter ( Maître de conférence à SGEL, fière germaniste et grande partisante européenne mais ça je pense que vous le savez), et les nombreuses questions venues de l’audience.

            Présentation rapide de notre intervenant : Pascal Durand est le  co-fondateur – en 2008 – d’Europe Écologie . Il poursuit sa carrière politique en devenant le porte-parole d’Europe Ecologie les Verts au congrès de La Rochelle en 2011, il est ensuite secrétaire national d’EELV entre 2012 et 2013. Depuis 2014, il est député européen.

            Beaucoup de sujets furent abordés dans le cadre du débat, voilà un petit récapitulatif de ce qui a été dit :

  1. Avis sur les parlementaires européens et la situation générale:

Pascal Durand est déçu par certains élus européens français (il ne cite personne mais les représentants des partis extrêmes sont bien visés) qui utilisent leur titre d’élus européens pour leurs intérêts personnels ou ne sont pas assez impliqué dans la cause européenne car ils sont là par dépit (perdants d’autres élections, anciens ministres etc). Il est néanmoins confiant dans l’avenir car selon lui la nouvelle génération de députés est engagée, passionnée et souhaite consolider l’Europe et la faire triompher de la crise. Il nous a ensuite rappelé le fonctionnement du Parlement Européen, très différent du système « majorité/opposition » français. En effet, les partis politiques et passés des députés n’ont pas la même valeur au Parlement européen. Ce qui compte est le sérieux des élus dans leur travail sur les différents dossiers ainsi que leur talent d’orateur face à l’Assemblée qui les soutient ou non en se basant seulement sur leur projet.

2. Et l’écologie dans tout ça?

Le rôle de l’Europe dans la crise environnementale contemporaine va être crucial: elle va essayer de trouver la manière de résoudre des crises pressantes comme les migrations dues au réchauffement climatique, les sécheresses, l’acidification des mers, la disparition de certaines espèces, en respectant nos valeurs démocratiques et républicaines. LÀ est l’enjeu : ne pas subir ce changement mais le combattre en étant un acteur actif et surtout pacifiste, c’est sûrement cela le plus important.

3. Peut-on encore espérer créer une société/Europe durable dans notre monde capitaliste?

La question est très importante car de nos jours deux Europes s’affrontent: l’Europe portée par certains politiques comme Victor Orban : zone d’échanges exclusivement économiques, fermée à l’international presque autarcique; et l’Europe qu’il faut protéger: une Europe unie, humaine qui participe aux grands débats internationaux et ne referme pas sur elle-même. Cette vision est mise en danger par la tendance humaine à donner une primauté à l’aspect économique. L’Europe et le monde en général doit aussi abandonner sa vision binaire de la réalité : image que la croissance dans un domaine entraîne forcément une décroissance dans un autre ( par exemple une décroissance écologique : décroissance de la consommation de CO2 ou de viande, impliquera une croissance d’autres moyens de production et de mobilité… ). Mais la réalité est que chaque période de croissance est également accompagnée d’avancées sociales (exemple de la révolution industrielle). Il faut donc que les jeunes générations trouvent les solutions car Pascal Durand est persuadé que les grands patrons et les grands industriels ne sont pas ceux qui peuvent régler ce genre de crise, seul des jeunes avec des idées nouvelles peuvent à la fois apporter des solutions économiques, sociales et environnementales à la crise que nous traversons (Anyone feeling triggered ? 😉 ). Durand pense également que l’Europe a besoin d’une véritable gouvernance budgétaire pour pouvoir avoir les fonds nécessaires à l’accomplissement de quoi que ce soit.

5. L’Europe et ses membres /le reste du monde: PAC ? Brexit? Accords Internationaux?

  • PAC: le modèle de la PAC n’est plus durable, on a crée un cycle infernal avec ce modèle. Toutes les puissances européennes se sont mises à partir des années 1950-60 à produire massivement (monoculture, productivité agro-alimentaire) en finançant les déforestations brésiliennes (demande de soja des pays européens qui a explosé) et en développant les productions d’antibiotiques animaliers qu’on retrouve désormais dans nos assiettes… Ce cycle n’est plus durable car la production pollue et peut être dangereuse pour les Hommes en plus de la planète. Néanmoins, des millers d’emplois dépendent désormais de la PAC. Selon Durand la réforme de la PAC  « post 2020 » arrive au bon moment et est donc impérative.
  • Brexit : Le Brexit est un véritable obstacle à la résolution de la crise européenne, un membre très important nous a quitté mais Pascal Durand est persuadé que cet événement favorisera l’esprit de coopération entre les membres et pourra avoir un effet positif malgré tout. Le Brexit va peut être devenir un des facteurs qui va renforcer l’Europe et la valoriser à l’étranger. (cette question n’a pas été assez développée manque de temps à la fin de la conf)
  • Accords Internationaux: Pascal Durand justifie son opposition face aux accords TAFTA (toujours en négociation) et CETA: il pense que ces accords signés avec les Etats-Unis et le Canada ne sont pas durables autant au niveau écologique qu’au niveau social. L’Europe doit selon lui imposer ses normes et aller même jusqu’à des politiques protectionnistes pour défendre ses positions. Pourquoi? —>  « On se trouve face à des bourrins comme Trump qui se contrefoutent du social et de l’environnemental », il faudrait donc selon lui utiliser la manière forte.
  • La situation de l’Allemagne dont l’économie est basée sur la production automobile pas forcément toujours dans les normes… Il comprend la position des chefs de l’état qui ne peuvent pas se permettre de sacrifier des milliers d’emplois d’un coup et qui donc « étouffent l’affaire » mais il pense que la situation doit être réglée. Et surtout pas par des groupes d’experts dans des tribunaux spécialisés, « le droit est le même pour tout le monde même les grands entrepreneurs » donc si ce sont les experts qui donnent leur avis au préalable sur telle ou telle question environnementale ou pas d’ailleurs, ce sera pour lui « la fin de la démocratie et la fin de la politique ».  L’Europe est donc pour lui la solution durable puisqu’elle se situe au dessus des intérêts personnels des états membres.

Petits points bonus (je dis bonus car il en a vraiment parler peu longtemps): il est pour les Zadistes ( on parlait de la ZAD de Notre Dame des Landes) MAIS zadiste pacifiste! Et il est pour les voitures électriques, mais seulement dans les centres-villes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :