EDITO DE JANVIER

Mardi 31 décembre. Chacun s’amuse dans ses préparatifs du réveillon pour fêter le Nouvel An. Partout on s’active, sourire aux lèvres. Des étincelles brillent dans les yeux des enfants et des plus grands, quand les premiers verres commencent à s’accumuler. A Washington, l’ambiance est différente, le long de l’avenue Pennsylvanie. Le Newseum ferme définitivement ses portes ce soir. Faute de moyens financiers suffisants, le grand musée du journalisme, imaginé par  Al Neuharth, fondateur d’USA TODAY, et par l’association Freedom Forum, met un point final à sa mission de démontrer le rôle démocratique des médias. C’est plus qu’une mise à l’épreuve pour le monde journalistique. Le musée constituait en effet un haut lieu du militantisme pour la liberté d’expression et le droit d’accès de tous à une information de qualité, à l’image du premier amendement de la Constitution américaine. Son incroyable collection restera dans les mémoires de ses 10 millions de visiteurs. En plus d’afficher chaque jour les unes de journaux des 50 états du pays, celui-ci protégeait un mémorial consacré aux journalistes assassinés, des expositions diverses liant événements planétaires et couverture médiatique, une galerie des photographies récompensées par le prix Pulitzer… Son avenir est aujourd’hui incertain, l’institution espérant trouver rapidement un emplacement approprié pour l’héberger à nouveau.

Pour autant, le monde médiatique continue son accélération, permanente. L’actualité de ces six premiers jours de janvier vide déjà beaucoup d’encre sur le papier. 2019 n’avait qu’à bien se tenir. Les images des terribles feux en Australie sont en effet sur toutes les télévisions : le cauchemar qui dure depuis trois mois semble avoir atteint un point de non-retour. Près de 200 incendies à travers l’île. 24 personnes décédées. Environ 500 millions d’animaux disparus. Des températures avoisinant les 50 degrés. 6 millions d’hectares brûlés. Les chiffres parlent d’eux même. Les journaux relatent, eux, les épisodes quotidiens, presque romancés, de la fuite de Carlos Ghosn au Liban. Surtout, partout, on s’inquiète. Les Etats-Unis ont déclenché la fureur de l’Iran en assassinant le général Qassem Soleimani vendredi dernier. Des institutions sombrent, des années s’écoulent mais les passionnés de l’info continuent de s’activer. Le monde ne peut pas s’arrêter de tourner.

Et c’est aussi avec passion que les différents rédacteurs du Grand Pari vous proposent  aujourd’hui cette édition de janvier. Pour faire une pause dans cette accélération du monde, brutale. Pour savourer ce bref instant de votre journée à prendre le temps de lire tout en voyageant, par leurs écrits, à travers le monde.

Bonne lecture et bonne année !

Journalistiquement vôtre,

Le bureau du Grand Pari

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :