Le ban des produits plastiques à usage unique dans l’UE

Commençons par un tour d’horizon des mesures anti-gaspillage et des alternatives à ces produits:

Le 1er janvier 2020 ne marque pas seulement le passage à une nouvelle année et décennie. En effet, depuis cette date, tous les objets jetables à usage unique en plastique sont interdits dans l’Union Européenne dans le cadre du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Le vote de ce texte début 2019 prouve que l’UE cherche à s’engager de plus en plus en faveur de l’environnement.

Les entreprises européennes ne peuvent désormais plus produire, utiliser et/ou commercialiser ces matières plastiques qui mettent des dizaines voire des centaines d’années à disparaître dans la nature et qui finissent pour beaucoup dans les océans entraînant des dégâts considérables sur la faune et la flore.

Cette interdiction va permettre de réduire considérablement le nombre de produits en plastique vendus alors que chaque année près de 25 millions de tonnes de déchets d’objets en plastique sont produits par les pays de l’UE. De plus, aujourd’hui, les 10 produits en plastique à usage unique les plus répandus sur les plages et dans les mers d’Europe représentent près de 70% de tous les déchets marins (en ajoutant les engins de pêche abandonnés).

Des mesures contre le plastique déjà prises auparavant :

Si l’on revient quelques années en arrière, un premier pas avait déjà été fait contre les produits plastiques en 2015 en France. La loi sur la transition énergétique et la croissance verte votée le 17 août 2015 avait mis fin à la distribution des sacs de caisse en plastique à usage unique.

Avant cette interdiction, près de 5 milliards de sacs en plastique jetables étaient distribués chaque année aux commerces en France. Le non-respect de cette loi par les entreprises entraîne jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 100 000 € d’amende.

Des interdictions multiples qui s’étendent jusqu’en 2022

Revenons désormais à la loi sur l’interdiction de tous les produits jetables qui s’appliquent depuis quelques jours. Celle-ci concerne les cotons-tiges en plastique, la vaisselle jetable comme les gobelets, verres et assiettes jetables, les bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires ainsi que les touillettes et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires.

Cette loi sera suivie en 2021 et 2022 par l’interdiction d’autres produits comme les sachets de thé en plastique, les boîtes en polystyrène utilisées pour les kebabs par exemple ou encore les tiges en plastique pour les ballons. Le secteur de la restauration rapide, qui produit aujourd’hui chaque année près de 180 000 tonnes d’emballages, devra obligatoirement servir les repas dans de la vaisselle non jetable.

Un bonus-malus sera également mis en place pour inciter les industries à limiter le suremballage plastique. A partir de 2021, les pays membres de l’UE auront 2 ans pour appliquer ces interdictions.

Ce délai est nécessaire pour que les entreprises modifient leur manière de produire et utilisent de nouvelles ressources plus écologiques, que les consommateurs s’adaptent progressivement à ces changements et que des solutions alternatives soient développées.

Si la mise en œuvre de ces mesures environnementales peut paraître longue au regard de l’urgence écologique actuelle, elle constitue néanmoins un pas important vers la fin du tout-jetable, avec un objectif de zéro plastique en France prévu pour 2040.

Quelles alternatives pour les produits interdits ? :

Mais alors comment remplacer ces produits que l’on utilise parfois au quotidien ? Plusieurs alternatives plus écologiques, biodégradables, réutilisables ou compostables fleurissent alors pour faire face à cette interdiction ou existent déjà.

Par exemple, les pailles, les cotons-tiges, les gobelets ou encore les brosses à dents existent en bambou, matériau recyclable et compostable. Des contenants en verre réutilisables par les consommateurs ou l’achat en vrac sont également des solutions alternatives aux emballages plastiques dans les commerces.

En résumé, il est désormais possible de trouver tous les produits en plastique à usage unique aujourd’hui interdits en bois, bambou, Inox, papier, verre mais il faut avant tout privilégier et démocratiser les produits réutilisables et les matières naturelles.

Romane Gryson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :