L’école démocratique : un nouveau regard sur le système éducatif

Le fleurissement d’ouvrages sur le nouveau mode d’éducation qu’est la parentalité positive et bienveillante donne parallèlement à certaines de ces théories un nouvel essor, atteignant aujourd’hui les bancs de l’école. Ce nouveau regard sur l’éducation se fait connaitre petit à petit sous l’appellation de « pédagogie alternative ».

Les élèves ressentent souvent un sentiment de souffrance dans le système scolaire traditionnel, dans lequel l’enseignement se fait de façon verticale entre l’enseignant et l’élève, le tout dans une salle de classe très standardisée. Or, il est souvent reproché à ce système d’instaurer un climat de hiérarchie pesant entre enseignant et élève, et de créer des « cases » dans lesquelles faire rentrer les élèves, à défaut d’écouter leurs envies et leurs intérêts propres.

L’École démocratique reposant sur cette « pédagogie alternative », apparaîtrait ainsi comme une réponse à ce mal être vécu, non pas par une minorité, mais par de nombreux élèves, mal être qui aboutit parfois à des phobies scolaires. Son organisation s’inspire de l’école Sudbury Valley, fondée en 1969, et recensant à ce jour plus de 80 écoles dans le monde. Au sein de ce type d’école, les jeunes sont libres de déterminer leurs propres objectifs; ils se consacrent à ce qui les intéresse sans contrainte de programme, ni de temps.

Le respect de la personnalité, du rythme individuel dans l’apprentissage mais aussi dans le rythme des horaires, de repas notamment; est ici encore un élément qui dénote face à l’école traditionnelle. Un élève de 13 ans n’exprimant pas le besoin ou l’envie d’apprendre à lire n’y sera invité ou forcé, la pédagogie étant que celui-ci en évoquera le besoin lorsqu’il en ressentira l’envie. Par ailleurs, pas de stress matinal: l’école accueille ses membres de 9 heures à 11 heures, et ferment pour la plupart aux alentours de 17 h. Les membres doivent uniquement être présents 5 h par jour, au minimum.

Il est accordé une grande importance à l’écoute de la nature même de l’individu. Le développement des propres intérêts du « membre jeune », car c’est comme cela qu’est appelé un « élève », les adultes encadrant étant appelés « membres adultes », est primordial. Celui-ci choisit en toute autonomie, au jour le jour, les savoirs qu’il souhaite acquérir et travailler, de l’apprentissage de la lecture, à l’astronomie, en passant par la cuisine, le jardinage, ou le japonais. Le principe fondateur de ces écoles étant que le membre jeune est le souverain de son savoir. Ainsi, les membres adultes n’exercent aucune autorité et n’enseignent aucune matière en particulier.

apprendreaeduquer.fr

L’école démocratique part en effet du postulat que nous sommes tous des êtres « naturellement apprenants », il n’y a donc nul besoin de professeur, de programme, ou encore d’évaluation; ce qui n’est toutefois pas sans impact sur les inspections de l’Education Nationale. Le programme étant considéré comme un conditionnement précoce des êtres, l’école démocratique se démarque donc par l’absence de programme, permettant une parfaite autonomie dans les décisions d’apprentissage du membre jeune.

Il n’y a donc pas de hiérarchisation des savoirs : un membre jeune qui choisirait d’étudier de manière précise la permaculture ne serait pas moins valorisé qu’un autre, privilégiant les mathématiques dans sa journée. Jeux video, sport , jardinage, musique, cuisine représentent seulement une fraction des activités pratiquées par les membres, celles-ci évoluant au gré de leur imagination.

Par ailleurs, ce qui caractérise le fonctionnement particulier des écoles démocratiques sont les Conseil d’Ecole (CE) tenus chaque matin à 11 h, afin d’observer et de débattre des dysfonctionnements de l’école. Le budget, les règles de fonctionnement, les projets y sont étudiés, et votés par la participation de chaque membre en parfaite équité. La relation est donc véritablement horizontale, non seulement entre membre adulte et membre jeune, mais aussi entre membres âgés de 5 ans ou de 19 ans, car chaque membre est porteur d’une voix, peu importe son âge ou son ancienneté.

Cette diversité et coopération des âges se retrouve aussi dans les « classes ». Il n’y a pas de classe au sens traditionnel, mais une classe unique de 3 à 19 ans, s’organisant chaque jour au gré des volontés des membres. Une réelle richesse pour les plus petits, qui peuvent dès lors être davantage stimulés, et les amitiés bien plus diversifiées que dans une salle de classe composée uniquement d’une même classe d âge. De quoi résoudre même, pour certains fervents défenseurs des écoles démocratiques, le conflit de génération affectant notre société, en préparant davantage à la coopération et au dialogue inter générationelle.

L’école démocratique met donc bien plus en pratique les principes « Liberté, Égalité, Fraternité » que l’école républicaine, d’après ses partisans. La liberté? Celle de pouvoir choisir ce qu’on apprend, quand et comme on veut. L’égalité? Chaque membre, enfant ou adulte a le même pouvoir dans le fonctionnement de l’école. Quant à la fraternité, elle se conjugue par-delà les classes d’âges. L’école démocratique est donc un monde bien différent de celui que nous avons tous connu, du primaire jusqu’au lycée. Toutefois il semble que certains éléments contestables et non négligeables sont à souligner.

Ce qui ne saute pas aux yeux lorsque l’on se renseigne sur ce type d’établissement, c’est bel et bien le prix. Il s’élève en effet à 4750€ par an, pour l’école « A l’ère libre » située dans le département de l’Essonne, et jusqu’à 5500€ à Paris. La scolarité est donc très chère, ce qui limite la diversité des origines des enfants accueillis, au risque de se retrouver dans un microcosme… L’absence de structure, de programme scolaire, peut par ailleurs entraîner des retards, s’avérant parfois difficiles à rattraper, alors même que de nombreuses poursuites d’études dans le cycle supérieur exigent certaines bases. Ainsi, l’absence de hiérarchisation des savoirs peut avoir des conséquences sur l’insertion dans les études supérieurs, professionnelles, car bien qu’un élève ait des capacités particulièrement développées en permaculture, s’il souhaite se destiner à un métier nécessitant quelques notions précises en physique chimie, par exemple, certaines portes lui seront donc fermées.

Il est aussi possible de reprocher à l’école démocratique de ne pas confronter les membres à la réalité de la vie : jardinage, yoga et piano; bien que ces activités soient particulièrement enrichissantes pour un enfant un cours de développement cérébral et intellectuel, ces activités ne devraient elles toutefois pas être réservées aux temps extra scolaires ? Ce qui peut parallèlement apparaître dangereux dans un tel fonctionnement, est la liberté totale d’apprentissage des membres. Certains élèves, sans une institution les ouvrant à des champs de matières larges comme dans l’école traditionnelle, ne s’intéressent qu’à un nombre réduit d’apprentissages. Il est vrai que l’enseignement traditionnel, bien qu’il comporte des limites, permet une ouverture sur de nombreux sujets et thèmes d’apprentissage, qui révéleront à certain un intérêt, à première vue insoupçonné.

Pour finir, David Lerebours, 43 ans, ex-ingénieur formé par les Arts et Métiers, à l’initiative de la fondation de l’une de ces écoles, déclare lors d’une interview « Ici on ne promet pas aux parents l’obtention du bac.», de quoi laisser perplexe, si ce n’est inquiéter, les parents souhaitant pourtant faire évoluer leurs enfants dans un cadre différent de l’école traditionnelle.

Le modèle des écoles basées sur la pédagogie Montessori, développé par Maria Montessori au début du XXème siècle, apparaît comme un certain compromis entre école traditionnelle et école démocratique, peut être davantage équilibré et préparant plus sereinement à la vie future des jeunes élèves.

Un petit Ted talk pour se renseigner davantage sur l’École démocratique :

https:// http://www.youtube.com/watch?v=Mi59UJYV9jU

Alice Dubet

Crédits photo (arrière-plan) : Ecole Démocratique de Paris (19ème arr.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :