ECOLOGISTES EN DANGER, SANCTUAIRE EN PERIL

Alors qu’entre janvier et septembre 2019, Amnesty International a recensé l’assassinat de 12 défenseurs de l’environnement au Mexique, la disparition de deux protecteurs du sanctuaire « El Rosario », destiné aux papillons monarques, à quelques jours d’intervalle, relance la question de la considération de la protection de la biodiversité dans le pays.

Corps tachetés aux ailes recouvertes d’écailles d’un orange vitaminé, les papillons monarques portent bien leur nom. Ils sont les rois de la réserve de biosphère « El Rosario », dans l’Etat du Michoacán au Mexique. Leur valse, autour des grands pins oyamel, ne s’interrompt jamais. Reconnue par l’UNESCO en 2008 en tant que patrimoine mondial de l’humanité, celle-ci est en effet la plus grande réserve au monde dédiée à cette espèce. Les nuées formées par ces papillons y sont immenses, impressionnantes : entre 100 et 200 millions de lépidoptères sont accueillis en hiver. En effet, le monarque est un papillon migrateur qui parcourt jusqu’à 4500 kilomètres depuis les Etats-Unis ou le Canada pour se loger dans les forêts tempérées du Mexique. Si le spectacle de leur migration peut être captivant, ces derniers sont tout de même classés en voie de disparition au Canada. Les aires d’hivernage comme le sanctuaire « El Rosario », créé en 1986 par l’Etat mexicain, sont donc plus que nécessaires, tout comme leurs défenseurs. La disparition de deux des protecteurs de celui-ci, dont le responsable de la réserve, a suscité de nombreuses interrogations quant à la place des écologistes au Mexique.

Le gardien des monarques

29 janvier 2020 : le corps d’Homero Gómez González, fondateur de la réserve « El Rosario », est retrouvé dans un puit à Ocampo. Les autopsies révèlent dès le lendemain qu’il aurait reçu un coup violent à la tête avant de se noyer. 3 jours plus tard, c’est le corps de Raul Hernandez Romero, guide touristique au sein du parc, qui est découvert à Las Balistas, roué de coups. Les deux écologistes étaient respectivement portés disparus depuis le 13 et le 27 janvier 2020. La protection des milliers de papillons qui les entouraient n’a pas suffi : il semble bien que leur lutte pour leur préservation a un lien troublant avec leurs disparitions. « Avec sa mort, non seulement ma famille a perdu un être cher, mais le monde entier, le papillon monarque et les forêts l’ont perdu également », a déclaré Amado Gómez, le frère de celui qui a consacré sa vie aux forêts du Mexique et à ses lépidoptères, abrités le temps d’un hiver. La disparition d’Homero Gómez, principal défenseur de la biosphère du papillon monarque, a touché la population mexicaine. La procession qui a eu lieu en sa mémoire le 31 janvier à Rincón de San Luis avait par ailleurs rempli plusieurs centaines de rues du village.

De l’avocat ou du papillon

Si la réserve d’ « El Rosario » est une halte refuge pour les papillons monarques, celle-ci n’est pas sans convoitises. C’est ce qui expliquerait les disparitions des deux militants. La culture expansionniste de l’avocat menace en effet les forêts du Mexique, premier producteur d’avocat à l’échelle internationale. Cette recherche de « l’or vert » qui représente 2,1 milliards d’euros par an pour le pays a fait de l’Etat du Michoacán le premier producteur d’avocats pour le Mexique. Un chiffre exorbitant qui attire avec lui des intérêts. Multiples. Parmi eux, il y a ceux des cartels de drogue qui songent à diversifier leurs activités en se lançant dans l’exploitation de l’avocat. Exploitation qui utilise également un herbicide privant les papillons de l’asclépiade, plante essentielle à la reproduction et à l’alimentation de ces derniers. Mais la réserve d’ « El Rosario » n’est pas seulement menacée par la culture de l’or vert : toute une économie illégale de trafic de bois est également développée et entièrement organisée, des bucherons aux transporteurs en passant par des centres clandestins de traitement des ressources forestières.

Contre la déforestation et l’avancée fulgurante de la culture de l’avocat, Homero Gómez avait développé l’éco-tourisme, le sanctuaire accueillant plus de 140000 touristes à chaque nouvelle saison. Sur les réseaux sociaux, des vidéos étaient aussi régulièrement postées pour médiatiser le sanctuaire et ainsi le protéger. Surtout, le responsable de la réserve avait mis en place un programme de reboisement de 150 hectares d’arbres avec les paysans locaux, organisé des patrouilles forestières et formé des guides touristiques. Son engagement auprès des papillons monarques était sans limites.

Une réponse plus qu’attendue de la part du gouvernement

Suite à la disparition d’Homero Gómez, le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, qui avait fait de la violence et des disparitions sa priorité lors de la campagne électorale de 2018, a qualifié la mort de celui-ci de « lamentable » et « douloureuse ». Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles a récemment proposé de créer un groupe spécialisé dans la protection des écologistes avec la Garde nationale. Pour autant, les manifestants qui ont occupé les rues de Mexico dimanche 26 janvier dernier ont remis en question cette garde nationale, élaborée début 2019, au détriment d’un renforcement de la police locale. A la tête de l’Etat mexicain depuis un an, l’exécutif ne parvient pas, comme ses prédécesseurs, à protéger les écologistes dans un pays où les défenseurs des droits humains sont systématiquement attaqués. 

Aujourd’hui, c’est la question de la pérennité du sanctuaire des papillons monarques qui est en suspend. Mais ses 80 employés, tous passionnés, n’ont pas abandonné : le combat pour sa préservation se poursuit. Pour que ces papillons orangés restent des rois, pour que les forêts qui les abritent perdurent comme des reines.

Lola Uguen

Pour aller plus loin :

Photo de couverture : Teresa de Miguel, pour El Pais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :