Pourquoi on ne distinguera pas l’homme de l’artiste.

L’oscar du meilleur réalisateur à un violeur. Pourquoi c’est arrivé ? Car un stupide débat a lieu en ce moment : faut-il distinguer l’homme de l’artiste ?

 J’ose espérer que tout ce que je raconte-là ne servira qu’à prêcher des convertis, mais puisque l’on nous a déjà proposé ce débat en DLE (oui oui), peut-être ne sera-t-il pas si inutile. Alors à toi qui ne l’a pas encore compris, voilà pourquoi on ne peut et on ne doit pas tenter de distinguer l’homme de l’artiste…

Roman Polanski est accusé de 12 agressions sexuelles et de viols. La plus jeune victime connue avait 10 ans au moment des faits, et la plus âgée, 29 ans. Toutes le décrivent comme une personne arrogante et imbue de son statut. 12 accusations mais seul un jugement, pour le viol de Samantha Geimer en 1977, 13 ans au moment des faits. La perversité de l’homme va jusqu’à accuser la jeune fille de l’avoir « désiré » et d’avoir délibérément provoqué l’action, qu’elle était provocatrice et sa mère trop permissive. Sa richesse, sa popularité lui permettent de n’écoper que d’1 mois et 10 jours de prison. 1 mois et 10 jours de prison, pour « conduite exemplaire », alors qu’il a violé une enfant. Il ne s’en cache pas, il est facile de retrouver des interviews de l’INA où il avoue avoir un faible pour les « jeunes filles ». Le culot ? « Il ne m’était jamais venu à l’esprit que je pourrais finir en prison pour avoir fait l’amour » dans son autobiographie…

Un pervers narcissique, pédophile, violent et violeur… Pourquoi est-il hors de cause ? Mais parce que c’est un artiste, enfin !

Jean Michel Blanquer : « Il faut être attentif à toujours bien distinguer l’œuvre de l’auteur. Je continuerais à regarder la Joconde même si j’apprenais beaucoup de défauts de Léonard de Vinci. » Détruire la vie de 12 jeunes filles, un « défaut » donc. Heureuse de l’apprendre… Si ces victimes avaient été sa fille, serait-ce toujours un défaut ?

Le problème est là, si vous voulez distinguer l’homme de l’artiste, alors il faut pouvoir distinguer la femme de la victime. S’il peut continuer à travailler normalement, elle doit continuer à vivre normalement. Quelles sont les conséquences du viol pour la victime ? Le stress post traumatique, l’anxiété, les crises d’angoisse, la peur du noir, la dépression, la claustrophobie, la phobie sociale, des troubles du sommeil, de l’attention, la dissociation… Quelles sont les conséquences du viol pour Roman Polanski ? 1 mois et 10 jours de prison.

Donner des excuses pour s’en sortir, c’est tolérer l’acte. La France se dit être un pays progressiste, on nous dit que les choses changent depuis #Metoo, et pourtant un évènement aux retombées internationales n’est même pas foutu de respecter ces principes. L’hypocrisie est incroyable et comme beaucoup je suis dégoutée, « écoeurée ». Qui n’a pas envie de protéger des enfants ? Comment peut-on laisser passer ça ? Les femmes sont-elles si invisibles que ça ? Nos vies ne valent-elles que si peu à vos yeux ? Le viol n’est pas compris. On nous en parle, on nous éduque avec des chiffres mais il n’est toujours pas compris. A l’heure des résultats de l’enquête Nous Toutes, il serait temps…

Puisque vous êtes, bien évidemment, tous et toutes de mon avis, qu’allons-nous faire ?

Attention cet article a été écrit par une femme ayant ses règles, atteinte d’hystérie et ayant le droit de vote.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :